La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Le coût du travail très...
https://player.vimeo.com/video/249784875?autoplay=1 Olivier-Passet-OPA-Le-cout-du-travail-tres-qualifie-c-est-la-cle-de-la-competitivite-7118.jpg
04/04/201804:31

Que sait-on du coût du travail qualifié en France, en comparaison internationale ? Pas grand-chose, en fait. Autant il existe une abondante littérature sur le surcoût du travail non qualifié, autant la question du travail qualifié demeure délaissée. Avec un a priori bien établi : ce n’est pas là que se situe le problème.


D’abord parce qu’il s’agit d’un facteur mobile, sur lequel s’exerce une concurrence internationale. Autrement dit, le marché est censé faire son job et établir une péréquation internationale. Ensuite, parce que le taux de chômage des qualifiés étant faible, tout laisse croire que le prix est à l’équilibre. Enfin, parce que même si certains s’inquiètent de la fuite des cerveaux qui irait de pair avec une faible attractivité de la France, le phénomène reste de second ordre.


Les risques d'un coût élevé du travail qualifié : déclassement, faible attractivité, manque de compétitivité


Sauf que la faiblesse du taux de chômage des qualifiés peut très bien cohabiter avec une rareté des emplois qualifiés, soit du fait d’un défaut d’attractivité des rémunérations, soit du fait d’un surcoût du travail. Et une telle situation induit un déclassement dans l’emploi, donc un gaspillage de capital humain. Les diplômés sont embauchés sous leur potentiel. Le chômage se cristallise alors sur les moins diplômés, sans que cela soit nécessairement le signe d’un coût du travail excessif des non qualifiés. Et lorsque l’on regarde le taux d’emploi qualifié dans les professions scientifiques, techniques, dans les fonctions d’encadrement supérieur et dans les métiers de management, cette hypothèse n’est pas à exclure.


D’autant que le niveau des prélèvements pesant sur le travail (cotisations employés, employeurs, impôt sur le revenu) est parmi les plus élevé de l’OCDE pour le haut de la distribution des revenus. Et ce haut niveau de prélèvement est susceptible de produire deux effets : écraser le niveau du salaire net après impôts, rendant la France peu attractive pour les entreprises soumises à la concurrence internationale ; et produire un surcoût du travail qualifié pour l’entreprise en cas de rigidité des salaires, rendant les secteurs exposés peu compétitifs.


Le travail qualifié coûte plus cher aux entreprises et rapporte moins aux salariés


Face à cette double menace, que nous disent les chiffres ? Si on compare le niveau de coût horaire moyen du travail, en France, dans les secteurs à forte intensité en travail qualifié, à celui de ses principaux partenaires dans la finance, les services spécialisés aux entreprises, les secteurs de la communication ou la distribution d’énergie, on constate que la France surplombe systématiquement ses deux principaux concurrents : l’Allemagne et le Royaume-Uni.


Une analyse plus fine livrée par le CAE en septembre 2015, portant sur les cadres de direction en Europe, débouche sur un constat plus nuancé mais assez proche. Dans le secteur manufacturier - le plus exposé à la concurrence internationale -, la France appartient au groupe des pays à haut coût du travail, avec l’Allemagne et les Pays-Bas, sans avoir pour autant un niveau de gamme permettant de pratiquer un niveau de prix aussi élevé. Ce que montre surtout cette étude, c’est que cette situation cohabite avec un niveau de salaire net après impôt qui se classe en bas de l’échelle européenne, au voisinage de l’Irlande.


Cette position inconfortable, de relativement haut niveau du coût du travail dans les secteurs exposés à la concurrence, combinée à un salaire net assez peu attractif en apparence, mériterait certainement plus d’intérêt de la part des économistes, trop enfermés dans la certitude que tout va bien en haut de l’échelle des rémunérations.


Mots clés : Emploi, salaires, travail CompétitivitéCoût du travailQualificationdiplômeTravail qualifié

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier