Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Allemagne : à la conquête du Sud... et de l'Ouest

Publié le jeudi 27 février 2014 . 3 min. 25

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Ce qui fait la force de l'économie allemande, on le sait, c'est la qualité de son système d'importation. L'Allemagne a su recycler les faibles coûts salariaux et fiscaux de son voisinage et en tirer parti en y implantant les phases intermédiaires de sa fabrication. Elle a trouvé aussi en cela un antidote au fort niveau de l'euro, puisque qu'une partie des économies sous-traitantes sont hors zone. Les entreprises ont en revanche maintenu la phase finale d'assemblage sur le territoire allemand. Elle a pu exploiter en cela l'avantage géographique que constitue la proximité des PECO, autrement dit de de sa périphérie low cost. La délocalisation partielle de ses chaînes de valeur n'a donc pas induit des coûts de transports trop importants.

C'est là toute la différence avec la France, les États-Unis ou le Royaume-Uni qui ont localisé une part croissante de la phase finale d'assemblage hors territoire. Ces pays ont vu mécaniquement leurs parts de marché s'écrouler quand l'Allemagne a conservé ses positions en continuant à comptabiliser ses ventes depuis son territoire. Pourtant les uns comme les autres sont bien allés à la conquête de la demande étrangère, mais selon des modalités qui font que les conséquences visibles sur les parts de marché en valeur ne sont pas du tout les mêmes.

Voilà pour l'acte 1 de l'économie de bazar. Le processus est-il arrivé pour autant à son terme ? Probablement non, car avec la crise, l'Allemagne a accru sa puissance de feu financière. La rentabilité de ses entreprises grandes et moyennes leur confère un avantage en termes  de potentiel de rachat d'autres entreprises européennes. Un avantage que n'ont pas aujourd'hui les entreprises françaises. Ensuite, la déflation salariale du sud crée de nouvelles opportunités de sous-traitance à faible coût.
Le gouvernement français se soucie à juste titre de l'attractivité du territoire, notamment concernant les start-up technologiques. Il a raison et d'ailleurs la France ne manque pas d'atouts en la matière. La simplification des procédures qu'il vient d'annoncer, plus l'action conjuguée de la BPI, du CIR, et du statut de la JEI finissent par faire de la France une terre d'accueil qui ne manque pas d'arguments.

Mais revers de la médaille, il va falloir compter dans cette stratégie avec le jeu allemand, qui consistera maintenant à transformer la puissance de feu qu'elle a accumulé avec la crise. Soit en captant l'avantage salarial du sud en l'incorporant dans ses chaines de valeur. Soit en acquérant des marques et des brevets dans les pays dépréciés? en Italie mais aussi en France notamment. L'investissement direct allemand vers l'étranger est maintenant reparti. C'est un signal et ce n'est pas le cas de la France.

Attention alors aux effets de second tour. La France doit être attractive, mais elle devra prendre garde sur cette période à protéger ses brevets et ses marques. Elle devra aussi s'intéresser à l'autre versant de l'investissement direct auquel peu d'observateurs s'intéressent à tort. L'investissement vers l'étranger, qui lorsqu'il est bien mené peut être un instrument pour accroître la valeur crée sur un territoire. L'Allemagne l'a clairement montré par le passé.

Olivier Passet, Allemagne : à la conquête du Sud... et de l'Ouest, une vidéo Xerfi Canal


Mots clés :

Europe / Zone euro

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER