Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Le débat sur la baisse des charges est décidément bien mal engagé. J'aimerais vous dire à nouveau ici en quoi la coalition qui se dessine en faveur d'une baisse centrée sur le SMIC, tient de l'erreur stratégique lourde, même si je n'ignore pas la puissance des arguments de la thèse opposée. Car:

Oui la baisse des charges ciblées sur le SMIC crée bel et bien de l'emploi, et même beaucoup. Les travaux empiriques, et les plus récents encore, en attestent.
Oui la mesure se double d'un effet favorable sur la demande et la croissance à court terme.
Oui la mesure a donc la vertu rare de rallier les tenants d'une politique de l'offre, puisqu'elle offre un antidote au SMIC élevé, et les keynésiens pour qui toute impulsion en faveur de la demande est bonne en temps de crise.
Oui la mesure rallie un très grands nombre d'experts académiques crédibles comme en témoigne une tribune signée par 34 spécialistes de l'emploi « Le Monde » du 4 février  dernier.
Mais ce n'est pas parce que l'efficacité d'un médicament est reconnue, que l'on doit en recommander l'administration quelques soit la maladie, quelque soient les circonstances. Or c'est exactement ce que fait aujourd'hui la communauté des experts. Avec des arguments qui laissent parfois pantois.

Car pour ces derniers, s'il y a un problème de compétitivité au niveau des activités à forte valeur ajoutée, réglons-le en comblant notre écart de R&D avec l'Allemagne. L'emploi c'est l'affaire des bas salaires, la productivité c'est l'affaire de la R&D. Or c'est cette séparation des problèmes est tout simplement insensée.

Car si la question posée au gouvernement est bien de trouver une prescription pour résorber un handicap de compétitivité. Et si l'on s'accorde sur ce diagnostic, alors on peut avancer tous les chiffres que l'on veut en matière d'emploi, avec les protocoles scientifiques les plus rigoureux. Cela ne répond pas à la question posée. Le véritable enjeu  est de trouver  la mesure qui permet aux entreprises de reprendre pieds en termes de parts de marché.

Si l'on s'accorde sur ce diagnostic, la spécialisation par secteur et par type d'entreprise de l'emploi est bien un enjeu majeur. Non, il n'est pas indifférent de charger une économie en emploi dans des TPE à faible valeur ajoutée ou dans les services à la personne ou dans le commerce, quand cette économie perd des marchés et que le nombre de ses entreprises exportatrices régresse.

Ensuite la R&D est d'abord une affaire de spécialisation. Notre écart de R&D avec l'Allemagne, permanent depuis plus de 30 ans, est  le fait de notre écart de spécialisation dans les activités à forte intensité technologique. Il faut vraiment avoir une vision bien éthérée de l'économie pour penser que la R&D se décrète, sans lien avec la nature de nos structures productives.

Alors non, recommander la neutralité dans la diminution des charges, ce n'est pas simplement vouloir faire le jeu du « lobbying des grandes entreprises du secteur industriel ». Ce n'est pas faire le jeu d'entreprises qui agiteraient en permanence le spectre de la perte de compétitivité » pour empocher la mise, si l'on en croit les soupçons de certains experts du marché du travail. C'est simplement être attentif au diagnostic, à l'histoire, à l'environnement international, avant de proposer un remède.

Olivier Passet, Centrer la baisse des charges sur les bas salaires : une erreur stratégique, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER