Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Fonction publique : la réforme va droit dans le mur

Publié le mardi 13 février 2018 . 5 min. 10

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Réforme de la fonction publique : le mot est lancé. Rémunération au mérite, accroissement de la part des contractuels, départs volontaires, réduction des effectifs... Voilà qui fleure à nouveau la révolution. J’aimerais dire ici pourquoi le chantier paraît bien mal engagé.

 

Nul ne peut contester qu’il s’agit d’un enjeu clé. Il n’y a pas de transformation économique et sociale profonde sans reconfiguration des fonctions de l’État. Ces dernières sont questionnées à tous les niveaux par l’irruption du numérique. Comment repenser le maillage territorial ? Comment rationaliser les guichets et enrichir les services rendus grâce aux services en ligne ? Quelles sources de simplification exploiter grâce à la mutualisation des données ? Comment repenser la santé, notamment la part de l’ambulatoire, l’éducation avec les nouvelles possibilités d’enseigner à distance ? Comment améliorer la coordination entre les différentes entités qui forment l’administration ? La liste est longue. Et tout cela a bien entendu un impact direct sur l’emploi et son allocation.

 

La charrue avant les bœufs


Il est clair que si l’administration n’est pas une entreprise comme les autres, elle ne peut faire l’impasse sur un projet d’entreprise à l’heure du numérique. Mais il ne suffit pas de parler d’État-plateforme pour faire programme. Réformer l’État, c’est d’abord s’interroger sur ses finalités, son contour, son design. Ce n’est qu’en fin de course que doit être évoquée la question des instruments et des moyens.


Or, c’est précisément là où le bât blesse. La négociation, telle qu’elle est engagée aujourd’hui, se focalise d’emblée sur les instruments avant même que n’aient abouti les chantiers dits "transversaux" qui devaient la fonder. Baisser l’emploi de 120.000 (objectif assez modéré par ailleurs, au regard des surenchères de la présidentielle) n’est pas une finalité en soi. Modifier les critères de rémunération, ou les garanties contractuelles, ne nous dit rien du projet étatique du nouveau gouvernement.


Comme toute réforme qui se bâtit sur les instruments, elle ouvre grand la porte à la paranoïa. Elle véhicule implicitement l’image d’une administration malade de ses fantassins, du manque de motivation, de mobilisation, de mobilité des fonctionnaires de base, en surnombre il va de soi… Que l’on adhère ou non à cette vision stéréotypée, ce qui est certain c’est que le message subliminal maximise les chances de conflit et de blocage. Avec tous les risques que cela fait encourir à la reprise hexagonale.


On cherche le sens


Or c’est d’abord de cela qu’est malade le processus de réforme en France. Il vient d’en haut, il s’abstient d’en délivrer le sens. L’exigence d’adaptation évoquée aujourd’hui est bien trop vague. La longue liste des échecs de ces réformes top-down devrait pourtant inciter à plus de prudence. Cette focalisation sur les dysfonctionnements de la base n’a jamais rien produit de bon.

D’autant que si l’administration peine à redéfinir ses contours, son architecture, ses missions, c’est plutôt du côté de son haut management qu’il faut se tourner : ses directeurs, dont la principale vocation est de se déplacer dans un jeu de chaises musicales de poste de management en poste de management, sans porter de vrai projet pour leur administration, autre que celui de minimiser les remous qui feraient tâche dans leur carrière ; dont l’audace principale consiste à parer les structures existantes de nouveaux acronymes, rendant un peu plus opaque le mille-feuille administratif.


D’où vient l’intelligence collective, l’entité coordinatrice qui permettrait de penser l’administration comme un système, d’en optimiser l’architecture et les flux internes ? On serait bien en mal d’y répondre.


Absence de schéma global


Je vous conseille de lire à ce sujet le chapitre consacré, dans le dernier rapport de la Cour des comptes, à l’amplification de la modernisation numérique de l’État (p.145). La prise de conscience est bien là. Un machin, une sorte d’incubateur, a bien été mis en place : la DISIC, qui devient DINSIC en 2015. La Cour loue l’initiative et le début d’action. Mais derrière ce chantier du siècle, elle constate que l’incubateur public "repose sur une poignée d’agents, la plupart  recrutés sur des contrats courts et dotés, à leur arrivée, d’une connaissance limitée du fonctionnement de l’administration. Aucun dispositif d’intégration leur permettant de comprendre l’environnement administratif n’a été prévu". Elle constate les freins liés à l’absence de relai dans les autres services interministériels, et l’absence de programmation budgétaire pluriannuelle…


L’administration souffre de cet émiettement des projets, et de l’absence de schéma global. Et la réforme qui s’annonce, comme souvent, amène des outils mais fait l’impasse sur l’architecte. 


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER