La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Inventer le capitalisme...
https://player.vimeo.com/video/127037441?autoplay=1 Olivier-Passet-Inventer-le-capitalisme-collaboratif-d-Etat-3701.jpg
12/05/201504:13

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Que signifie pour la France de vivre dans un monde et une Europe durablement en excès d’épargne ? D’être piégée notamment, au cœur d’un espace de vieillissement et de déclin démographique que forment l’Allemagne, mais aussi la péninsule ibérique et l’Italie. Cette configuration a des implications sur la manière de penser nos ajustements sur le long terme. Elle nous conduit notamment à penser des politiques structurelles ne se réduisant pas au moins disant social et salarial.

 

Une conséquence forte de cette forte propension à épargner et de faible dynamique de la demande régionale, sera très probablement le maintien de  taux d’intérêts à des niveaux très faibles. Et ce contexte de taux zéro comporte de gros risques de mauvaise sélection des investissements et de dégradation de la rentabilité économique du capital à long terme. Avec une fuite en avant dans les infrastructures, le bâtiment, les activités de services liées à la dépendance et au confort des populations vieillissantes, au rendement faible mais certain, au détriment d’arbitrages plus risqués. Elle peut conduire aussi au maintien en vie artificielle d’activités qui auraient perdu leur utilité sociale. A l’instar des banques grecques, qui ne doivent plus leur survie qu’à la transformation de la liquidité à taux zéro de la BCE en bons publics à court terme, et qui ont perdu leur fonction première d’intermédiation entre les agents privés et d’irrigation de l’activité réelle. Et c’est là que la confiance aveugle dans les arbitrages de marché peut se révéler désastreuse. L’Etat peut jouer un rôle clé à travers ses choix d’investissements, le cofinancement et les incitations fiscales pour drainer le capital vers les activités stratégiques à forte intensité intellectuelle. Je ne plaide pas ici pour une planification à la papa. Il faut que l’État lui-même se réforme, et se réinvente, pour être en pointe de la révolution numérique. La modernité ne viendra pas d’un mammouth.

 

Une seconde conséquence forte, c’est que nos groupes, que la France soit attractive ou non, auront toujours plus intérêt à jouer le grand large plutôt que le territoire. Cela aussi a des implications. Une proportion toujours plus forte des chiffres d’affaire et des profits sera dégagée hors Europe. Il y a là un risque d’évaporation de l’assiette fiscale et des talents manifestes. La tentation première est de taxer les groupes sur une base consolidée. Mais il faut alors un consensus et une synchronisation internationale pour le faire. Le faire isolément serait désastreux. En attendant l’improbable, il faut au contraire mettre toutes les incitations en œuvre pour qu’une part maximale de ces profits soient réinvestis en France, sur les fonctions stratégiques qui sont au cœur du contrôle. Faire en sorte aussi, que cette ressource irrigue le terreau de nos start-up.

 

Enfin, et je m’arrêterai là, il va falloir gérer dans le long terme notre décalage potentiel de demande, pour qu’il ne dégénère pas  en déséquilibres (commerciaux et publics) insoutenables ou en baisse du PIB par habitant par effet de lestage par notre environnement. Cela veut dire que moins que jamais, il nous sera possible de penser nos revenus comme si nous vivions en économie fermée. Dans un environnement d’épargne abondante, l’enjeu est celui de l’attractivité du capital. Il n’y a pas d’autre issue que d’augmenter le capital par tête. Mais attention, qui dit entrée de capitaux, dit aussi risque de déséquilibre des paiements important et d’alourdissement de notre dette extérieure. La France doit donc être en mesure d’exporter hors Europe. Cela nous renvoie au premier point. Ce ne sera pas par le déversement des personnes sur des services à faible qualification et productivité et par le seul détricotage du droit social que l’économie s’insérera dans les chaînes de valeur mondiale. Et c’est bien un nouveau capitalisme collaboratif d’Etat qu’il va nous falloir inventer.

 

Olivier Passet, Inventer le capitalisme collaboratif d'Etat, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Politique économiqueInvestissementVieillissementDémographieEpargneDemande

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier