Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La déflation mine la croissance

Publié le lundi 23 juin 2014 . 3 min. 24

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

 

Olivier Passet évoque ici en quoi notre faible régime d’inflation est problématique pour la croissance. Il y a d’abord ceux qui dénient la gravité du problème. Après tout nous ne sommes pas en déflation, puisque il reste un mince filet de progression des prix que l’on se réfère à l’indice des prix à la consommation ou à l’inflation sous-jacente, qui isole la part la moins instable de l’inflation.  Autrement dit nos économies ne sont pas entrées dans le grand trou noir de la déflation, au sens strict du terme,  celui qui entraine l’ensemble des prix et des salaires à la baisse et conduit les agents à reporter à demain leurs achat d’aujourd’hui. Un cercle vicieux qui aspire inexorablement l’économie réelle vers le bas.


Bien sûr nous n’en sommes pas là. Mais le régime de très faible inflation que traverse l’économie française ne doit pas être minimisé pour autant :


1/ D’abord, parce que une moyenne très faible,  recouvre inévitablement des situations de baisse de prix sur certains segments et notamment sur celui des produits manufacturés où la baisse atteint -0,7% sur un an.


2/ Ensuite parce que les prix à la consommation ne sont que la partie émergée de la pyramide des prix. Lorsque l’on descend un peu plus profond dans cette pyramide, les choses se dégradent. Les déflateurs de la valeur ajoutée nous donnent notamment une idée de l’évolution des prix des biens et services produits, sur le territoire, ou dit autrement de la valeur créée sur le territoire. Ils montrent notamment que pour toute un série de secteurs, la baisse des prix est déjà une réalité : pour les activités manufacturières, l’ensemble des secteurs liés à l’information ou le commerce notamment.


Par ailleurs, même nous sommes plus proche d’un régime d’inflation-zéro que d’une déflation proprement dit, cette situation est pénalisante pour l’activité :


• Premièrement, parce que l’absence d’inflation génère des rigidités. Une entreprise en mal de compétitivité notamment, n’a que très peu de levier pour se remettre dans les rails. La modération salariale suffirait à restaurer sa compétitivité dans un contexte d’inflation. En inflation-zéro, il lui faut obtenir une baisse absolue des salaires et de ses coûts d’approvisionnement… un objectif souvent inatteignable. Et ce que je dis là est généralisable à l’ensemble d’une économie. La seule issue sera pour elle de comprimer ses marges et de différer ses projets d’investissements.


• Deuxièmement parce que un régime de faible inflation et de faible taux d’intérêt est favorable à la valorisation du prix des actifs. Les opportunités de leviers tendent à reporter l’inflation sur les marchés d’actif.


• Troisièmement, dans ce contexte de taux très faibles et de forte potentialité de hausse du prix des actifs, il est beaucoup plus intéressant pour les entreprises bien portantes de se développer par croissance externe et par LBO. Et la croissance externe par rachat d’actif revient à consolider des secteurs, mais son impact en termes de croissance est très incertain.


Il ne faut pas s’y tromper. Le mouvement de reprise s’enraye aujourd’hui en France. Et la déflation larvée qui contamine l’Europe est bien la cause majeure de ce nouveau coup de mou de l’activité.

 


Olivier Passet, La déflation mine la croissance, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER