Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Réforme des retraites : qui seront les perdants ?

Enregistré le jeudi 28 juin 2018 . 3 min. 59

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La réforme des retraites, ce sera la grande réforme du quinquennat, si elle se fait. Il ne faut pas si tromper. Il y a certes une sur-communication sur l’activisme réformateur du gouvernement. Et pour beaucoup, le gouvernement a frappé vite et fort avec les ordonnances travail. Ceux qui regardent de plus près le contenu et la portée réelle des réformes, que ce soit la loi travail, la réforme des revenus du patrimoine, l’indemnisation du chômage, la loi Pacte, savent pourtant bien, qu’à chaque fois, on est loin de la révolution copernicienne annoncée.


Paradoxalement, sur les retraites, le gouvernement avance à pas plus feutrés. Il se laisse du temps. La réforme sera élaborée sur plus d’un an, avec pour horizon l’été 2019. Son application sera progressive et ne produira réellement des effets qu’après le quinquennat. Rien ne sera changé pour ceux qui sont à moins de 5 ans de la retraite. Il en confie le design à un homme de dialogue, ancien président du conseil économique et social. Il réaffirme son  attachement au régime par répartition.

 

Et pourtant, toucher à l’édifice des retraites, c’est s’attaquer au premier poste de dépense de l’Etat, et à la première source d’écart des dépenses publiques hexagonales avec l’étranger. C’est réellement réformer l’Etat, non en manipulant le rabot, mais en redéfinissant un des socles du système de protection sociale.

 

Les grandes lignes de la réforme


On ne connaît encore que les grandes lignes de la réforme :


1. Le régime serait par point ou imiterait le système de compte notionnel à la suédoise. Au-delà des différences techniques entre les deux systèmes, dans les deux cas, c’est soit l’ensemble de ce qui a été gagné tout au long de sa vie, soit tout ce qui a été cotisé qui sert de base au calcul des retraites. Là seront perdant ceux qui ont eu une carrière ascendante tardive, par rapport au système actuel. Sachant qu’aujourd’hui ce sont les 25 meilleures années qui sont retenues dans le privé. Et les 6 derniers mois dans le public.


2. Ces systèmes sont adossés en général avec une règle d’équilibrage automatique. Et si l’on regarde les projections du COR, même si le système est proche de l’équilibre aujourd’hui, il devrait s’en éloigner dans les 10 prochaines années. C’est en effet le cap le plus difficile à passer. Et dans tous les scénarios du COR, le  découvert prévu oscille entre 0,4 et 0,7% du PIB en 2025. Le faire disparaître, cela signifie une réduction de 3 à 5% des dépenses de retraites. C’est beaucoup, même si le calcul reste très approximatif. Et cela toucherait tous les retraités.


3. Le système devrait inciter à travailler plus longtemps. Une fois atteint l’âge légal, un cotisant peut continuer à accumuler des points ou alimenter son compte notionnel… là aussi, il y a un coût d’opportunité par rapport au système précédent.


4. Il y a enfin, le volet le plus connu de la réforme. L’uniformisation des régimes. (Fonction publique, SNCF, RATP etc…sont ciblés). Potentiellement, cet alignement peut faire des perdants. Néanmoins, pour le plus gros contingent, que constitue la fonction publique, il n’y aurait pas de perte pour tout le monde. Les agents de catégorie B y gageraient. Les enseignants et les cadres sup de l’État y perdraient.


Il y a enfin encore beaucoup d’incertitudes. Sur la prise en compte des carrières longues, la pénibilité. Ces éléments seront au cœur de la négociation. Et peuvent changer beaucoup de choses. Quoiqu’il en soit, et ce n’est pas un scoop, la réforme des retraites est à haut risque pour le pouvoir d’achat des futurs retraités. Et ce ne sont pas seulement les régimes spéciaux qui sont concernés.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER