Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

https://player.vimeo.com/video/329993936?autoplay=1 Thierry-Philipponnat-Deficits-publics-les-liaisons-dangereuses-entre-les-banques-les-Etats-et-la-BCE-306345565.jpg picto
Voir plus tard
Partager
Imprimer

Lorsque la Banque d’Angleterre fut créée en 1694 en tant qu’institution privée, le privilège du monopole d’émission de monnaie lui fut conféré par le roi Guillaume III en échange de l’engagement de la Banque d’Angleterre de le financer. L’idée était simple : si le roi acceptait de transférer le droit de battre monnaie à un agent privé, cela ne pouvait être qu’en échange de l’engagement de ce dernier de le financer.


Dans la zone euro, le renoncement des Etats au droit de battre monnaie est double : tout d’abord, comme dans tous les systèmes monétaires prévalant aujourd’hui, plus de 95% de la monnaie en circulation est créée par les banques commerciales par le biais de leur activité de crédit ; ensuite, les Etats ayant rejoint la zone euro  ont de facto renoncé à leur pouvoir de création monétaire, faisant ainsi de l’euro une monnaie techniquement étrangère, et une dette en euro une dette par construction risquée.


Mais, tels Guillaume III en son temps, quand les Etats de la future zone euro acceptèrent les nouvelles règles du jeu dans les années 90, ce fut en échange de l’assurance d’un financement par les banques de leurs déficits budgétaires. Pour ce faire, ils inventèrent la fiction du caractère sans risque de leur dette, ce qui permit aux banques de l’acheter sans mobiliser de fonds propres et donc en générant un retour sur capital par construction infini sur cette partie de leur activité.


Combinée avec une création de liquidités à destination bancaire sans précédent de la part de la Banque Centrale européenne, cette astuce réglementaire permet aujourd’hui aux banques de la zone euro de détenir 25% des 6,000 milliards d’euros de la dette ayant été émise par les Etats de la zone. Autrement dit, les banques de la zone euro prêtent environ 1,500 milliards d’euros à ces Etats, et dans une très large mesure, à leur Etat d’origine.


Le lien ainsi créé entre les Etats et les banques de la zone est une source majeure d’instabilité financière. Si, pour les banques, cette situation constitue la meilleur assurance qu’elles seront sauvées par leur Etat d’origine en cas de problème, une garantie qu’elles sont bien « too big to fail » en quelque sorte, cette détention crée une situation de dépendance mutuelle entre les banques et les Etats par laquelle les banques se trouvent tout à la fois dans la situation de financer les Etats, sont exposées au risque de défaut de ces derniers et dépendent d’eux pour être sauvées en cas de problème. On voit le cercle vicieux et son effet potentiellement dévastateur : « je te finance mais je compte sur toi pour me sauver avec l’argent que je t’ai procuré au cas où je ferais défaut, notamment du fait de ton incapacité à me rembourser ».


Tout cela n’a pas de sens économique et pourtant les faits sont là : la réalité de la zone euro est que si la BCE ne peut pas financer directement les Etats, elle finance les banques qui financent les Etats grâce à une réglementation qui ne leur impose aucuns fonds propres pour ce faire.


On comprend l’intérêt des Etats ainsi que des banques en question à maintenir le statu quo.


Mais, si le sujet est de permettre le financement des déficits publics par la création monétaire, il serait plus sain et moins hypocrite de permettre à la BCE d’acheter à l’émission, et selon des règles à définir, la dette émise par les Etats. De façon alternative, si les tenants de l’interdiction du financement des déficits publics par la création monétaire voulaient être cohérents avec leur credo, ils devraient imposer à l’Union européenne de réformer une réglementation prudentielle bancaire fondée sur la fiction d’une dette souveraine sans risque qui permet précisément le financement monétaire des déficits publics qu’ils combattent. 


En tout état de cause, et au-delà de la question du caractère souhaitable ou non du financement monétaire des déficits publics, cette réglementation met en danger la stabilité financière et, en répercussion, l’ensemble de l’économie de la zone euro. Le lien financier entre les banques et les Etats peut avoir des conséquences considérables comme la situation grecque, et plus récemment la situation italienne, nous l’ont rappelé.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER