Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Leadership : n'y-a t-il que des héros et des suiveurs ?

Publié le mercredi 11 mai 2016 . 3 min. 32

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Selon la théorie dominante en matière de leadership, le monde du travail se séparerait donc entre les leaders d’un côté, et de l’autre les followers. Les héros au-dessus, en-dessous les suiveurs, chacun d’entre nous devant se situer dans une sphère supérieure ou inférieure. Comment est-il possible qu’une vision à ce point manichéenne se soit si facilement imposée dans ce domaine, parfois controversé, de la recherche scientifique?

 

Pour une raison simple: qu’il s’agit-là d’une théorie implicite de la réussite d’une entreprise collective, d’une équipe, d’une armée, d’une nation ou d’une organisation, très facile à comprendre. Si je prononce le nom de « Steve Jobs » chacun sait que j’évoque ici « l’âme » en quelque sorte de la société Apple. Idem avec Jack Welsh et General Electric. Pour expliquer la croissance du groupe LVMH, la voie la plus courte serait en effet de décrire les traits de caractère et le style de management de Bernard Arnault et ainsi, sans grand effort d’analyse, l’essentiel aura été dit sur les raisons du succès.

 

Le leader serait donc celui ou celle qui perçoit les raisons d’être d’une organisation mieux que personne : il est à la fois doté d’une capacité politique pour convaincre, une capacité esthétique pour frapper les esprits et persuader, des qualités éthiques pour exemplifier, bref il est une sorte de  performer qui fait corps avec les idées du moment, qui exprime ce que chacun veut sans savoir le dire, quelqu’un d’autonome aussi, au sens kantien, c’est-à-dire qui se donne à lui même ses propres lois.

 

Le problème ici c’est que cette qualification héroïque de l’exercice du pouvoir est dépendante de la théorie du Grand Homme et de son supposé charisme, sa posture, sa vision et son art du commandement. Or cette théorie est heureusement discutée par des chercheurs qui à l’inverse défendent une conception du leadership post-héroïque, laissant davantage de place au dissensus et favorisant la disponibilité, la délibération, la communication et la proximité : il utilisent alors des termes comme le leadership partagé, le leadership distribué ou encore le leadership par invitation. Ils prennent en compte en particulier les attentes des nouvelles générations qui ne sont guère demandeuses d’un relation de pouvoir verticale, autoritaire et top-down.

 

Le problème du leadership se corse un peu plus lorsque l’on comprend qu’en réalité les deux perspectives ne s’opposent pas toujours : plusieurs études récentes publiées dans la revue Leadership justement, mettent en évidence que les salariés tendent en réalité à appeler de leurs vœux une pratique qui combinent ces deux perspectives, qui privilégie donc alternativement la délégation et la direction, la proximité et la distance.

 

Pour tenter d’y comprendre quelque chose, cette fois encore la philosophie peut constituer une alliée de choc, car cette question y est largement traitée. Par Hobbes, pour qui le leadership est au cœur du contrat social, par Machiavel en ce que le leadership correspond d’abord à l’exercice de se qu’il appelle la virtou, mais aussi Gracian, Clauzewitz et tant d’autant. Il faut se rappeler en particulier qu’Aristote fut le précepteur d’Alexandre comme s’en souvient Pascal dans une pensée pour, si les philosophes écrivent des livres c’est «  comme pour régler un hôpital de fous ; et s’ils ont fait semblant d’en parler comme d’une grande chose, c’est qu’ils savaient que les fous à qui ils parlaient pensaient être rois et empereurs. Ils entraient dans leurs principes pour modérer leur folie au moins mal qu’il se pouvait. »


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER