Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Même si la sélectivité des études ne garantit pas obligatoirement la qualité, elle n’en reste pas moins un indicateur incontournable. En France, l’université garde une mauvaise image qui s’accompagne très souvent d’un soupçon aussi détestable qu’injuste : ses diplômes seraient moins bons que dans les écoles, petites ou grandes, faute de sélection à l’entrée. Vrai ou faux ?


Commençons par examiner un premier biais de perception, l’absence de sélection à l’entrée. Faux, car les universités ont une part de plus en plus importante de filières sélectives. Il y a les poids lourds comme les études de santé avec près de 150 000 étudiants sélectionnés en fin de 1ère année, les IUT et leurs 120 000 étudiants, ou encore les formations d’ingénieurs avec plus de 30 000 étudiants. Mais il faut ajouter


- Les licences professionnelles : 51 973
- Les masters (hors santé) : 327?135
- Le doctorat : 56 836


Ces ruisseaux des filières sélectives ciblées telles les bi-licences, les IAE etc. font au final un fleuve ! Bref, on peut estimer à plus de la moitié les effectifs universitaires relevant de filières sélectives, soit près de 800 000 étudiants !

Le deuxième biais de perception porte sur le taux de sélection des filières universitaires. Mettons de côté le doctorat, qui distingue cependant fondamentalement universités et écoles sur le « haut de gamme », et prenons l’exemple des licences et masters des universités.


- 23% des étudiants inscrits en L1 obtiennent leur master en 5 ou 6 ans.
- 53% des étudiants inscrits en master l’obtiennent en 2 ans, 64% en 2 ou 3 ans


Ces chiffres montrent donc une forte sélectivité, variable évidemment selon les établissements et des disciplines : mais les diplômes universitaires ne sont sûrement pas un long fleuve tranquille !

Le troisième biais de perception est la surestimation, par comparaison, de la sélectivité des écoles. Prenons l’exemple des écoles de commerce. Régies en partie par une admission sur concours avec des banques d’épreuves pour les élèves de prépas, au-delà de quelques Grandes écoles historiques (HEC, Essec, ESCP par exemple) et d’une dizaine d’autres, on s’aperçoit que les barres d’admissibilité et les taux de sélection sont très variables, voire médiocres pour beaucoup d’entre elles. L’existence de 330 écoles de commerce et de gestion témoigne d’un marché sur lequel il faut surtout se battre pour remplir ! Une grande partie des écoles « chasse » donc le client, comme le montre la crise du modèle économique des Business schools. 1 candidat pour une place est souvent la règle ! Ajoutons que les taux d’abandon et/ou d’échec ne sont pas, ou rarement, rendus publics suggérant que le parcours post-admission est un long fleuve tranquille. Quant aux florissantes admissions dites « parallèles, elles traduisent aussi la reconnaissance de la qualité des étudiants formés à l’université !

Mais revenons aux universités et leur fameux taux d’échec en 1er cycle. On peut aussi l’analyser comme la marque d’une exigence forte des universités et des enseignants-chercheurs, qui sélectionnent celles et ceux qui n’ont pas le niveau requis en fin de 1ère année. Malgré ses handicaps financiers et juridiques, l’Université a su maintenir une qualité indéniable grâce à son lien formation-recherche.


En résumé, on entre peut-être plus facilement à l’université, mais on en sort difficilement diplômé ! Et si on entre plus ou moins difficilement dans une école, on en sort facilement. Sélectionnés de manière différente, plus souvent boursiers (31% en master contre 13% dans les écoles), d’origines plus diverses, les étudiants d’université ont vécu un parcours d’obstacles très formateur qui vaut bien celui d’une prépa, avec des conditions pédagogiques parfois peu confortables. Ils ont développé une capacité d’autonomie et de résistance au stress qui leur donne une certaine maturité ! Alors peut-on encore croire qu’un diplômé de master d’université vaut moins qu’un diplômé d’école ? Et peut-on encore considérer les 56 000 doctorants comme ayant un niveau inférieur à des bac + 5 ?


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER