Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Japon : le déclin dynamique

Publié le jeudi 26 janvier 2012 . 3 min. 26

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexander Law, directeur de Xerfi Global


Le Japon, présenté comme une économie léthargique depuis 20 ans, c’est un lieu commun. Une économie nippone vieillissante, qui ferait pâle figure face à des voisins hyper-dynamiques comme la Chine ou la Corée. Mais on a bien tort de sous-estimer le potentiel économique de l’archipel. L’économie nippone fait bien mieux que résister. Il a d’ailleurs fallu la tragédie de Fukushima pour reprendre conscience du poids incontournable de l’industrie japonaise dans l’économie mondiale. Avec la panne momentanée des usines nippones, ce sont des chaînes de production partout dans le monde qui ont été mises à l’arrêt faute de pièces détachées. 2011 a été marqué par le premier déficit commercial du Japon depuis 1980. Mais ce mauvais chiffre, c’est l’exception qui confirme la règle. Il s’explique par la paralysie des usines au printemps et la nécessité d’importer plus de gaz après l’arrêt de nombreuses centrales nucléaires. D’ailleurs, la balance courante est restée très excédentaire, grâce aux revenus liés aux investissements japonais à l’étranger! Ainsi, le compte de revenus était excédentaire de plus de 130 milliards d’euros l’an passé. C’est énorme. Et la tendance n’est pas près de s’inverser. Le gouvernement a ainsi encouragé les entreprises japonaises à profiter de la vigueur de yuan pour acquérir des firmes étrangères. Les rachats d’entreprises à l’international ont ainsi doublé en 2011 par rapport à l’année précédente. Toutefois, ce qui fait encore la force de l’économie japonaise, c’est la fidélité des grandes entreprises à leur marché domestique : les Sony, Toyota et autres Toshiba maintiennent leurs activités industrielles cruciales sur le territoire national. Les autorités locales leur rendent la pareille en rendant pour le moins compliqué l’accès au marché des firmes internationales. C’est bien cette solidarité qui a permis à la croissance japonaise de résister aussi bien aux catastrophes du printemps dernier. Au troisième trimestre, le PIB a bondi de 1,4% et nous attendons même un rebond de 2% cette année. Ce qui est frappant dans le cas japonais c’est la cohérence du modèle économique mis en place. C’est presque un cas d’école de gestion du déclin. Voilà un pays avec une population qui vieillit (un Japonais sur deux a plus de 45 ans) et qui diminue. Pas étonnant dès lors que le PIB avance au ralenti depuis de longues années. Mais si l’on rapporte la croissance de la richesse nationale au nombre d’habitants, sur moyenne période, la performance japonaise est meilleure que celle des Etats-Unis ou de la zone euro. Au fond, le Japon est entrée dans une logique de rentiers : il faut, au propre comme au figuré, assurer ses vieux jours. Voilà pourquoi la déflation, perçue comme l’ennemi absolu en Occident, est gérée avec bienveillance : plus les prix baissent, plus le pouvoir d’achat des pensions est préservé. Voilà pourquoi, aussi, il faut exporter et investir à l’étranger : pour accumuler des réserves qui serviront de matelas de protection à l’avenir. Mais à force de protéger ses arrières et ses aïeux, le pays du Soleil levant prend le risque de sacrifier l’avenir.

Alexander Law, Japon : le déclin dynamique, une vidéo Xerfi Canal


 


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER