La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés Jouet : acheter made in...
https://player.vimeo.com/video/122365778?autoplay=1 Alexandre-Boulegue-Jouet-acheter-made-in-France-c-est-possible-1372.jpg
10/12/201202:55

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Boulègue, directeur d'études Xerfi

Est-ce un vrai retour du patriotisme économique ? En tout cas pour Noël, trois Français sur quatre déclarent vouloir privilégier les articles fabriqués en France. Mais pour ce qui est des jouets, n’est-ce pas un vœu pieux ? Vous le savez, depuis des années, les jouets made in China ont envahi les rayons de nos magasins. Au point que la production tricolore représente aujourd’hui à peine 10% du marché national. Mais si de nombreuses marques françaises ont succombé aux sirènes de la délocalisation, une vingtaine de PME produisent encore en France avec succès. Sophie la Girafe de Vulli, les jouets Smoby ou les jeux de construction Meccano. Voilà des incontournables de Noël, fabriqués sur notre territoire, qui pourront satisfaire le prétendu patriotisme économique des Français. Mais comment ces PME tirent-elles encore leur épingle du jeu ? Tout d’abord en étant positionnés sur des niches et en y étant performantes. Un vrai savoir-faire existe par exemple dans les jouets en bois dans le Jura avec les entreprises Vilac, Janod ou JeuJura. Les gros jouets en plastique, qu’il est trop couteux de faire venir d’Asie et dont la production est facile à automatiser, sont un autre foyer de résistance. Regardez les leaders Smoby et Ecoiffier. Tout deux peuvent se targuer d’une production majoritairement nationale en s’appuyant notamment sur la dynamique de la Plastics Vallée dans la région d’Oyonnax. Deuxième éléments de leur succès : l’innovation. Chez Ecoiffier on renouvelle chaque année près d’un tiers des trois collections. D’abord parce qu’il faut toujours garder un coup d’avance dans un secteur où la copie est monnaie courante. Ensuite parce qu’il faut séduire les consommateurs et surtout les distributeurs très sensibles aux nouveautés. Troisième éléments favorable pour nos industriels : l’eldorado de l’atelier chinois brille aujourd’hui beaucoup moins. Parce que les salaires ont flambé, parce que les coûts de transport ont augmenté, et parce que de sérieux doutes se sont installés sur la qualité et la sécurité du jouet made in china suite à une succession d’affaires de malfaçons. A6 Pour affronter la concurrence des produits asiatiques, les fabricants français se sont également engagés dans une automatisation massive de leurs sites de production. Dans son usine d’Arinthod inaugurée en 2011, Smoby a ainsi investi 6 millions d’euros dans le parc de machines. Conditionnement, fabrication des pièces, mise en sachets et stockage dynamique sont désormais mis en musique par un ballet d’automates dernier cri. Un exemple à méditer pour relocaliser la production industrielle en France ! C’est en effet au prix de ces investissements que le secteur a enregistré deux des plus symboliques relocalisations industrielles des dernières années : celle de Meccano à Calais en 2010 et de Smoby dans le Jura en 2011.

Alexandre Boulègue, Jouet : acheter made in France, c’est possible, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie françaiseIndustrie

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier