Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Et pourtant la France ne coule pas !

Publié le lundi 13 janvier 2014 . 4 min. 23

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

2003, c'était le célèbre essai de Nicolas Baverez sur « la France qui tombe », qui constatait la faillite économique de notre « modèle social-étatiste ». En 2004, c'était l'époque du rapport Camdessus, qui appelait à un sursaut, stigmatisant notre préférence pour le loisir et devait servir de livre de chevet au Président Sarkozy. Puis ce fut le rapport alarmant  de Michel Pébereau en 2005 qui pointait notre dynamique explosive d'endettement public. A en croire ces avis très autorisés, c'est donc un modèle moribond et proche de la désintégration qui abordait la plus grave crise de l'après-guerre. Et pourtant, l'économie française ne s'est pas effondrée.

Tous ces ouvrages furent en leur temps surmédiatisés et abondamment critiqués aussi. Ils ont forgé ce qui constitue encore aujourd'hui l'ossature du discours « décliniste » et du bashing national et international qui envahie les médias chaque jour. Chacun de ces auteurs pourrait s'enorgueillir d'avoir été prophétique face aux difficultés qui ont explosées par la suite. Mais la relecture a distance de ces ouvrages est intéressante, que constate-t-on ?

- Premièrement qu'ils appartiennent à une posture, plus morale qu'économique, récurrente au cours de l'histoire, à une longue tradition judéo-chrétienne de culpabilité face aux crises, dont l'issue ne peut être trouvée que dans le rachat par nos concitoyens de leurs fautes passées ;

- Deuxièmement, que l'on ne trouve dans ces ouvrages aucune grille d'analyse pertinente de la crise qui allait suivre. Jamais les dérèglements de la finance et des comportements bancaires ne sont pointés du doigt. Jamais le surendettement privé n'est perçu comme un problème alors qu'il allait être le vrai ferment de la crise de solvabilité des États par la suite. Pour Camdessus, la non-tarification des chéquiers est pointée comme le problème numéro 1 de la finance. Michel Pébereau, lui, page 52 de son rapport, loue la vertu Espagnole dans la gestion de ses finances publiques. A aucun moment, l'idée d'une dette collective cachée, liée aux dérives des comportements privés n'est touchée du doigt. Jamais n'est effleurée l'idée que derrière le désendettement public apparent de certains pays, se profilent une dégradation de l'assurance des personnes, des bulles d'actif et d'activité non soutenables. En gros, l'essentiel n'est pas là.

- Troisièmement et surtout, la focalisation exclusive sur nos faiblesses, rend a posteriori incompréhensible la relative résistance de l'économie française face à la crise.

Encore une fois, il ne s'agit pas de dénier nos problèmes. Mais les chiffres sont éloquents. Non l'économie française n'a pas eu le comportement d'un modèle au bout du rouleau. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les évolutions cumulées de la France depuis 2008. Que voit-on ?

- Premièrement, que le décrochage de l'activité est bien moindre que dans grands nombre d'économies. Non la France, n'est pas complètement assimilable à une économie du Sud.

- Deuxièmement, que l'emploi a relativement bien résisté à la crise. La casse en termes de capacités humaines est moindre que dans la majorité des économies partenaires.

- Troisièmement, le chômage français est revenu sous la moyenne européenne. Il n'y a pas là de titre de gloire. Mais, la France faisait figure au milieu des années 2000 de cancre européen. On voit aujourd'hui que les bulles chez les autres embellissaient le tableau. Tout cela s'est normalisé aujourd'hui.

Olivier Passet, Et pourtant la France ne coule pas !, une vidéo Xerfi Canal


Mots clés :

Economie française

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER