Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

2013 et 2014 seront exposées à un double choc :
Le premier choc est celui de la rigueur… rigueur éclaire qui se concentre très fortement sur 2012-2013 : 45 milliards de ponction budgétaire. C'est  2,2% du PIB. Le choc est massif : 28 milliards pour la loi de Finance 2013 ; Ils s'ajoutent aux 10,4 milliards du collectif de juillet 2012 et aux 7 milliards d'économies et de prélèvements en faveur la protection sociale. Quel que soit le choix des mots… il s'agit bien d'une politique de rigueur. Et même de rigueur forte !.  Sur 4 ans la rigueur française a la même intensité que la rigueur britannique ou italienne ! Le choix tactique du gouvernement est de concentrer et d'écourter l'effort de consolidation. Il est ensuite de cibler l'impact sur les hauts revenus et les grandes entreprises. Il parie sur le fait que l'épargne amortira le choc… Le matelas de trésorerie et l'accès au crédit des catégories visées doit atténuer la ponction sur la demande et l'investissement. Aspect  moins avouable de la stratégie gouvernementale,  l'optimisation fiscale pourrait aussi contribuer à amortir le choc fiscal.
A l'issu de cet effort, le gouvernement devrait se situer à environs 0,5 point de sa cible pour 2013… Le gouvernement pourra néanmoins se prévaloir de l'avoir atteinte en termes structurel… c'.a.d. corrigé de l'impact de la conjoncture. 0,5 point, c'est probablement aussi l'ampleur maximale de la ponction que pourra programmer le gouvernement en 2014. Difficile d'aller au-delà compte tenu des annonces déjà faites par le gouvernement.

Le second choc est celui de la compétitivité : Le plan gouvernemental, inspiré du plan Gallois mobilise une multitude de levier… mais c'est incontestablement le crédit d'impôt de 20 milliards qui imprimera sa marque au plan macro à l'horizon de 2014. Le dispositif a été critiqué pour sa complexité… il ne l'est pas tant : baisser les cotisations sociales aurait exigé une négociation incertaine avec les partenaires sociaux; Il n'existe surtout pratiquement plus de marge de baisse des cotisations employeurs sur la famille et la santé au niveau du SMIC… il aurait fallu recourir à un crédit d'impôt de toutes les façons…
A y regarder de près, le plan comporte une autre originalité… il n'est pour l'heure quasiment pas financé… 6 milliards de hausse de TVA annoncés… un montant probablement plus proche de 4 milliards… Des baisses de dépenses non encore arbitrées… une fiscalité carbone qui reste à définir… cela ressemble pour l'heure à un pur choc d'offre ou du keynésianisme teinté de reaganomics…
En définitive deux choses sont presque sûres. Le taux normal de TVA sera majoré de 0,4 point en 2013. Surtout le taux intermédiaire sera majoré de 3 points sur la restauration mais surtout sur le bâtiment… Cela fera de la consommation et des travaux immobiliers par anticipation sur 2013 donc…Annonce habile pour un gouvernement qui fait tout pour protéger son assiette fiscale en 2013. Ce surcroît de consommation et d'investissement sera bien utile pour limiter l'écart à la cible de 3 % de déficit.
D'un point de vue strictement conjoncturel, le gouvernement a certainement trouvé la clé pour limiter la casse en termes de croissance… de l'habileté qui ne lui épargnera pas une récession en 2013…. et une croissance molle en 2014.

Olivier Passet, La politique de rigueur et de compétitivité : l'impact réel, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER