Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Anti-capitalisme: le paradoxe français

Publié le mercredi 5 janvier 2022 . 4 min. 03

Voir plus tard
Partager
Imprimer

En 1989, la chute du Mur de Berlin marque la victoire par K.-O. du capitalisme. Mais après les feux mal éteints de la crise des subprimes, les brûlures de la crise grecque et l’embrasement de la crise pandémique, certains voient aujourd’hui ce même capitalisme au bord de la rupture.

Critiqué de toutes parts parce qu’injuste, inégalitaire et inefficace.

Remis en cause parce que désormais incapable de réduire les inégalités, de stopper l’appauvrissement des classes moyenne, de fabriquer de la croissance et du bien-être – le progrès technique et la productivité ralentissent...

Dans leur ouvrage La dernière chance du capitalisme, Patrick Artus et Marie-Paule Virard démontent avec force arguments ce capitalisme conceptualisé par Milton Friedman, popularisé par Thatcher et Reagan, et à présent dévoyé.

Qu’écrivent-ils ? Je cite : « L’essentiel des désordres engendrés par le capitalisme néolibéral découle de l’exigence anormalement élevée de rentabilité du capital pour l’actionnaire et du déséquilibre structurel qui s’installe dans le partage des revenus. »

EN France, le capitalisme subit un procès permanent. Mais l’accusation est-elle justifiée POUR la France ?

Mon billet libéral du jour porte sur ce paradoxe : la France a moins que ses partenaires de l’OCDE subi les dérives du capitalisme actionnarial qu’elle dénonce.

L’austérité salariale est la norme dans tous les pays riches. Tous ? Non, pas en France (ni en Italie), où le salaire réel a augmenté un peu plus vite que la productivité du travail...

Le partage des revenus s’est partout déformé, depuis la fin des années 1990, au détriment des salariés et au profit des actionnaires. Partout ? Non, pas en France (ni en Italie)...

Les inégalités et la pauvreté ont partout augmenté comme jamais. Mais en France, elles restent moindres et progressent moins vite qu’ailleurs dans l’OCDE...

La protection sociale et la redistribution ? Attaquées aux Etats-Unis peut-être, mais pas en France. Nos dépenses publiques de protection sociale représentent 28 % de l’ensemble des dépenses publiques, contre 19 % dans les quatre grands pays de l’OCDE.

La mobilité sociale, censée rendre les inégalités plus tolérables ? Contrairement à une idée reçue, elle est un peu supérieure en France à ce qu’elle est aux Etats-Unis – mais les Américains sont plus optimistes…

L’actionnariat salarié trop marginal ? La distribution de capital aux salariés pourrait, c’est vrai, accroître les revenus des employés sans hausse de salaire. Or l’actionnariat salarié des sociétés cotées en Europe reste très faible. Mais c’est en France qu’il est le plus élevé !

Le recul de l’emploi industriel ? La dégradation de notre balance commerciale vis-à-vis de la zone euro montre qu’il doit moins à la mondialisation qu’à des causes internes. En tête de liste : la dégradation des compétences de la population active, le niveau des coûts salariaux et la pression fiscale sur les entreprises.

Sur ce sujet, Patrick Artus et Marie-Paule Virard écrivent : « C'est moins la globalisation que la perte d'attractivité et d'innovation qui produit la baisse du niveau de vie des Français. »

En clair, nous devrions accepter cette responsabilité collective pour mieux la combattre plutôt que de toujours chercher des boucs émissaires. Un message pour nos candidats à la présidentielle...


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER