Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'entreprise face au dilemme bienveillance contre intérêt privé

Publié le jeudi 21 octobre 2021 . 4 min. 17

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La grande sociologie américaine Daniel Bell a montré dans les années 70 que le capitalisme était structuré par ce qu’il appelle une contradiction culturelle. Celle-ci s’origine dans le fait qu’il lui faut sans cesse concilier trois sphères qui fonctionnent selon des principes totalement hétérogènes. Tout d’abord, la sphère socio-économique régie par le principe d’efficience, puis la sphère politique guidée par un principe d’égalité et enfin la sphère culturelle essentiellement vouée au culte de l’épanouissement personnel et de l’accomplissement. Les tensions qui peuvent exister entre ces trois principes structurent encore largement tout un ensemble de décisions qui affectent notre vie quotidienne. Même si la nature du problème n’a pas fondamentalement changé, il est possible que la question se pose aujourd’hui en d’autres termes, du fait notamment de l’emprise croissante des entreprises et des marques sur notre vie. L’entreprise est une notion floue (car contrairement à la société, elle n’a pas d’existence juridique) qui se positionne quelque part entre l’Etat et la société civile, d’où sa volonté de jouer un rôle politique, tout autant que social et culturel. Ce poids à la fois économique et symbolique acquis par l’entreprise lui a permis de faire main basse sur l’éthique, comme l’expliquait déjà il y a 30 ans un consultant devenu le premier PDG du CAC 40 à se fracasser sur les rives de l’entreprise à mission. Il ne s’agit pas ici de discuter de la légitimité ou non de l’entreprise à labourer le champ éthique, mais plutôt de s’interroger sur la contradiction éthique que pose l’emprise des entreprises sur la société et la vie. Comme le rappelle justement Edgar Morin, lorsqu’il » s’agit d’obéir à un devoir simple et évident, le problème n’est pas éthique, il est d’avoir le courage, la force, la volonté d’accomplir son devoir » Le problème éthique ne surgit que lorsque deux devoirs antagonistes s’imposent. Et il semblerait que l’excès d’impératifs qui pollue aujourd’hui la communication des entreprises ne fasse qu’accroître cette difficulté éthique. C’est le problème de la banalisation qui guette la raison d’être des entreprises se déclinant trop souvent sous la forme d’injonctions paradoxales. Tout le monde a bien compris la contradiction à laquelle est confrontée l’entreprise est de décélérer tout en continuant à créer de la valeur économique. Pourtant, cette contradiction qui reste un impensé majeur du discours ambiant se cristallise sur une autre dialectique. Celle qui oppose d’un côté une éthique de la bienveillance qui n’est trop souvent qu’une dégoulinade de bons sentiments (l’entreprise se préoccuperait de notre bien-être et de celui de ses salariés). Et de l’autre une éthique de l’intérêt qui renvoie à la brutalité du monde du travail, au monde de la compétitivité et de la performance et à la figure d’un homme devenu objet.


Or, cette contradiction est à la base de la pensée économique. C’est ce qu’on appelle communément le problème Adam Smith. Comment comprendre en effet que le même homme ait pu écrire une Théorie des sentiments moraux qui fonde les rapports sociaux sur les sentiments altruistes et la sympathie et la Richesse des Nations qui nous explique que l’être humain est mu par un sentiment foncièrement égoïste ? Pour résoudre ce problème, il nous faut considérer que l'intérêt et la sympathie ne s’opposent pas. L’intérêt n’est finalement qu'une des formes économiques de l'amour de soi qui nous permet de nous identifier et de nous relier à autrui. De la même façon, l'économique ne s'autonomise pas tant des autres ordres humains qu'il n'est la condition de possibilité de l'émancipation de l'ordre humain lui-même. Voici pourquoi il est tout à fait envisageable de concilier une morale commune fondée sur le désir de vivre ensemble et de partager et une morale économique fondée sur l’intérêt et la création de valeur.


Les dernières vidéos
Management et RH

#ffb742 IQSOG - Recherche en gestion Manager les espions...et les espionnes Alain Bauer 02/12/2021
Alain-Bauer-Manager-les-espions-et-les-espionnes-306348625.jpg
09:07
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT La mobilité immobile Laurent Maruani 02/12/2021
Laurent-Maruani-La-mobilite-immobile-306348597.jpg
03:23
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Les nouveaux talents des télémanagers Bernard Coulaty 30/11/2021
Bernard-Coulaty-Les-nouveaux-talents-des-telemanagers-306348517.jpg
04:07

Les dernières vidéos
de Benoît Heilbrunn

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER