Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


A qui appartient l’entreprise ?

Enregistré le lundi 2 septembre 2019 . 3 min. 46

Voir plus tard
Partager
Imprimer

A l’heure où beaucoup s’interrogent sur la raison d’être de l’entreprise, il est une question préalable fondamentale : A qui appartient-elle vraiment ? La réponse qui semble la plus naturelle est que ce sont les actionnaires qui sont les vrais propriétaires. Mais l’entreprise est avant tout une entité juridique morale ce qui fait de la notion de propriété un sujet un peu plus complexe qu’il en a l’air surtout lorsque le capital social est détenu par un grand nombre d’actionnaires et qu’elle est cotée en bourse. Il suffit d’imaginer ce que l’on va dire à une personne qui souhaite visiter le siège social d’une entreprise dont elle détient quelques actions en bourse pour s’en convaincre.

En principe, lorsque je possède quelque chose, j’en ai la pleine jouissance et je décide d’en faire ce que je veux. En contrepartie, j’en accepte la pleine et entière responsabilité si j’en fait un usage délictueux. Les actionnaires minoritaires ne sont pas vraiment dans la même situation. La détention d’une fraction du capital social n’impose aucune des responsabilités qui incombent aux membres du conseil d’administration et à ceux de l’équipe dirigeante.

Mais si l’entreprise n’appartient pas exclusivement à ses actionnaires, alors, à qui appartient-elle ? A personne en particulier disent certains. À tous ceux qui ont un intérêt dans sa pérennité affirment les autres. Sous cet angle, l’entreprise apparait comme une copropriété dans laquelle on trouve notamment les actionnaires mais également l’équipe dirigeante, les créanciers ainsi que les salariés.   

Il est vrai que les responsabilités qui pèsent sur l’équipe dirigeante font d’elle un copropriétaire à part entière d’autant qu’une part de la rémunération variable de ses membres comprend généralement des actions. Quant aux créanciers, ils détiennent bien des droits à l’encontre des biens de l’entreprise. Et les salariés ? Ne sont-ils pas dépositaire d’une partie de l’avenir de leur entreprise notamment à travers leur contribution à la performance, laquelle dépend de leurs compétences et de leurs talents personnels ?

Cela dit, ceux qui ont l’expérience des réunions de copropriété au sein d’un immeuble savent à quel point il est difficile de satisfaire les divergences d’intérêts en présence dans un climat paisible et constructif. C’est pareil dans les entreprises, les motivations des actionnaires sont susceptibles de varier considérablement. Cela va de ceux qui investissent passivement dans un but purement spéculatif à ceux qui s’inscrivent dans une logique de rente à moyen et long terme. On peut en dire autant de l’engagement des salariés. Si certains envisage d’y faire carrière d’autres y voient un tremplin pour d’autres aventures professionnelles.

L’entreprise peut donc être vue comme un système où les asymétries de pouvoir et les divergences d’intérêts sont légion et où la bienveillance entre des acteurs ne va pas de soi. Dès lors, on peut se demander jusqu’où la notion de propriété doit être mutualisée et s’il faut légiférer à partir d’un modèle unique de gouvernance.

En fait, le débat sur la notion de propriété apparait assez vite comme un débat idéologique. D’un côté les tenants d’un capitalisme faisant le pari de l’intelligence des dirigeants d’entreprise pour trouver un juste équilibre entre la variété des forces en présence. De l’autre, les partisans d’un capitalisme davantage encadré permettant de garantir les droits des parties prenantes notamment grâce à une plus grande représentativité des intérêts en présence au sein même de la gouvernance.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Eric-Jean Garcia

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER