Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Ces économistes qui parlent de l'entreprise sans rien y connaître

Publié le lundi 6 septembre 2021 . 3 min. 49

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Lorsque les médias souhaitent des éclairages sur les évolutions d’une entreprise, qu’il s’agisse d’une opération de fusion acquisition, de la signature d’un grand contrat, d’une introduction en Bourse, de l’ouverture ou la fermeture d’une activité, voire de l’évolution d’un modèle économique ou de l’interprétation de résultats financiers, ils ont le plus souvent tendance à inviter des économistes. Les économistes occupent ainsi une très grande part de la sphère médiatique consacrée aux entreprises, et c’est au travers du prisme de l’économie que sont commentées la plupart de ces questions, que ce soit dans la presse, à la télévision, à la radio ou sur le Web.


Or, cette prédominance des économistes sur les sujets d’entreprise est problématique. En effet, la discipline consacrée aux entreprises, ce n’est pas l’économie, c’est la gestion.


L’économie est « la science sociale qui traite de la production, de la distribution et de la consommation des richesses ». Certains économistes préfèrent une définition à la fois plus large et plus fondamentale, en affirmant, comme le Britannique Lionel Robbins, que « l’économie étudie les choix des êtres humains disposant de ressources rares », voire, comme l’Américain Stephen Dubner, que « l’économie est la science des incitations qui nous poussent à agir ». La microéconomie considère ces questions au niveau de l’individu, et la macroéconomie au niveau de la société dans son ensemble. Tout cela est essentiel, mais c’est à la fois bien plus théorique et bien plus stylisé que la réalisation d’un plan marketing, la construction d’un système d’information comptable ou la mise en place d’une politique de recrutement.


Bien entendu, la gestion, le management, la finance ou la stratégie peuvent largement s’enrichir des concepts et des outils de la science économique, mais il n’en reste pas moins que leur niveau d’analyse et leurs ambitions sont significativement différents. Là où la gestion est une discipline qui vise à comprendre et à améliorer la conduite de l’action collective, l’économie entend expliciter les ressorts sous-jacents de cette action, sous toutes ses dimensions, en recourant fréquemment à des modélisations mathématiques particulièrement sophistiquées. De fait, on pourrait dire que la gestion, c’est de l’économie appliquée, ou réciproquement que l’économie, c’est de la gestion théorique. Le produit fini de la gestion, ce sont des actions, le produit fini de l’économie, ce sont des modèles.


À l’origine, la différence entre l’économie et la gestion était beaucoup moins tranchée. En grec, « Oikomos » signifiait le partage au sein du foyer, ce qui de nos jours relèverait de la gestion. Un des premiers ouvrages d’économie, intitulé « Oikonomicos », a été publié par le philosophe Xénophon en -362, et il concernait avant tout l’organisation des exploitations agricoles, des armées et des navires. On le qualifierait aujourd’hui de traité de management, et il a d’ailleurs été traduit par Étienne de La Boétie, et publié par son ami Montaigne en 1563, sous le titre « La Mesnagerie ». Reste qu’après plus de 2000 ans d’évolution, la gestion et l’économie se sont progressivement éloignées, la première restant une discipline de l’action concrète, alors que la seconde est une science des comportements idéalisés.


Quoiqu’il en soit, mesdames et messieurs les journalistes, gardez à l’esprit qu’inviter un économiste pour commenter les mouvements stratégiques d’une entreprise, ce n’est pas plus pertinent que de demander à un biologiste d’établir un diagnostic médical, à un physicien de devenir garagiste ou à un mathématicien de se faire architecte : ce n’est ni plus ni moins qu’une erreur de casting.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER