Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Renoncer à ce que l'on avait : face à l'aversion à la perte

Enregistré le jeudi 4 juin 2020 . 3 min. 25

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Avez-vous déjà entendu parler du phénomène d’aversion à la perte ? Ce phénomène a été démontré par deux psychologues israéliens, Daniel Kahneman et Amos Tversky. L’aversion à la perte peut se résumer de la manière suivante : le coût d’une perte est très supérieur au plaisir d’un gain. Si je vous retire quelque chose que vous aviez déjà ou que vous pensiez obtenir, vous ressentirez une perte beaucoup plus intense que le plaisir que vous éprouverez si je vous donne quelque chose que vous n’aviez pas ou que vous ne pensiez pas recevoir. La peur du regret est plus vive que l’excitation du succès.


Une illustration simple de ce phénomène consiste à regarder l’image de n’importe quel podium de remise des médailles aux Jeux Olympiques. La médaille d’or rayonne, c’est le dieu du stade. La médaille de bronze est généralement satisfaite, mais à l’inverse la médaille d’argent est contrariée. La médaille d’argent est toujours contrariée, car elle sur-interprète ce qu’elle a perdu – la médaille d’or – et sous-valorise ce qu’elle a obtenu – la médaille d’argent. De même, l’aversion à la perte explique que le bonheur ne croît pas linéairement avec l’argent. Au-delà d’un certain niveau, que Kahneman a évalué à 105 000 dollars annuels aux États-Unis, à 100 000 dollars annuels en Europe de l’Ouest, et à 35 000 dollars annuels en Amérique Latine, la satisfaction cesse de croître. En effet, on passe alors dans une phase où il devient plus inquiétant de perdre ce que l’on déjà qu’il est plaisant d’espérer gagner plus. L’argent fait donc le bonheur, mais seulement jusqu’à un certain point, où la peur de perdre l’emporte sur le plaisir de gagner. Il est beaucoup plus facile de ne pas avoir envie de quelque chose que l’on n’a pas que de renoncer à quelque chose que l’on a déjà.


C’est en s’appuyant sur ce phénomène d’aversion à la perte que le psychologue américain Barry Schwartz a proposé la notion de paradoxe du choix, particulièrement instructive en entreprise. Si vous laissez à vos clients le choix entre 2 produits, ils n’ont à renoncer qu’à un seul pour obtenir celui qu’ils retiennent. Cependant, si vous élargissez votre gamme et que vous leur demandez de choisir parmi 20 propositions différentes, ils doivent supporter la perte psychologique des 19 qu’ils n’ont pas retenues. Or, puisque la perte a plus de poids que le gain, accroître le choix dévalorise la proposition choisie. En fait, plus vous proposez de choix à vos clients, moins ils sont satisfaits de ce qu’ils choisissent. C’est à partir de cette constatation que Starbucks a cherché à réduire la combinatoire entre toutes ses boissons, tous ses formats et toutes ses options, car ses clients étaient frustrés de comprendre inconsciemment qu’ils ne pourraient jamais tout essayer. En réduisant le nombre de possibilités, la satisfaction des clients s’est accrue. Par conséquent, pour rendre vos clients heureux de ce qu’ils achètent, ne leur laissez pas trop de choix.


Au passage, l’aversion à la perte a aussi une conséquence sur vos choix professionnels : si vous vous laissez trop de possibilités ouvertes – par exemple en suivant des formations généralistes – vous apprécierez moins le métier que vous choisirez, car vous vous direz toujours que vous pourriez en choisir un autre. Pour être heureux de ce que vous faites, ne vous laissez pas trop le choix de faire autre chose.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER