CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
https://player.vimeo.com/video/471305640?autoplay=1 Isabelle-Barth-De-l-egalite-a-la-diversite-et-a-l-inclusion-de-quoi-parle-t-on--306347489.jpg
06/01/202105:29

Inclusion, diversité, égalité des chances, lutte contre les discriminations, sont des termes qu’on entend depuis des années. Ils font évidemment partie d’une même famille et participent de mouvements convergents. Mais ils ne signifient pas la même chose et même, portent une vision assez différente de la place de l’homme ou de la femme dans société.
Tentons une mise à plat de leurs origines et de leurs sens respectifs.


La France est reconnue comme le berceau de l’égalité entre les humains. L’acte fondateur est la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui pose en 1789 le principe d’égalité dans son article premier : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».


Le principe d’égalité prend une valeur constitutionnelle avec la Constitution du 4 Octobre 1958 qui proclame dans son préambule que « tout être humain sans distinction de race, de religion de croyance possède des droits inaliénables et sacrés et que nul ne peut être lésé dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, ses opinions ou ses croyances ».


En 1972, est promulguée la loi Pleven qui pénalise la discrimination et reconnait la notion de « discriminations raciales ».
En ce qui concerne le monde du travail, les premières références trouvent leur origine dans le traité de Rome en 1957. En France, la loi du 22/12/ 72 concerne la question de l’égalité femmes-hommes, et introduit le principe « à travail égal, salaire égal ».


Depuis, le dispositif juridique s’étoffe et s’étend : loi Auroux en 1982, loi Roudy en 1983, loi sur la santé et le handicap en 1990 jusqu’à la loi relative à la lutte contre les discriminations du 21 Novembre 2001 qui parachève le cadre légal. Le texte couvre tous les champs de l’activité professionnelle, définit la notion de discrimination directe et indirecte, énonce un ensemble de 16 critères, prévoit le renversement de la preuve ainsi que les condamnations envisagées (45 000 euros pour un particulier, 225 000 euros pour une personne morale, et jusqu’à 3 ans d’emprisonnement).


C’est au milieu de la décennie 2000 qu’on voit naitre et se déployer des institutions, des cadres, des outils pour lutter contre les discriminations et promouvoir l’égalité des chances, qui est même grande cause nationale en 2006, avec la création d’un Ministère de l’égalité des chances la même année. La Halde, Haute Autorité de la lutte contre les Discriminations et pour l’égalité voit le jour en 2005.


Les entreprises vont peu à peu d’approprier ce cadre légal de plus en plus exigeant. Et, pour ne pas subir, s’emparer d’un concept venu tout droit des USA : celui de diversité.


Elles s’inscrivent dans le grand mouvement lancé aux USA dès 1984 par Thomas Roosevelt et l’American Institute for managing diversity qui renverse le raisonnement de l’affirmative action qui se veut un système de compensation des inégalités. La diversité propose de considérer toutes les différences comme des richesses à la fois pour les personnes et pour les entreprises, contribuant à leur performance et leur compétitivité.


Le management de la Diversité s’impose, avec :


- des stratégies proactives en faveur des minorités,
- l’adoption d’un vocabulaire positif et d’essence managérial,
- la création de chartes, de guides,
- une charte de la diversité lancée en 2004,
- un label diversité géré par l’AFNOR.


Un métier est créé dans certaines grandes entreprises : manager de la diversité et l’Association Française des Managers de la Diversité voit le jour en 2007.


Comme la diversité a pris le relais de l’égalité des chances et de la lutte contre les discriminations, on observe qu’un nouveau terme entre dans le vocabulaire managérial vers les années 2010. Lui aussi venu d’outre atlantique : l’inclusion.


La diversité est perçue comme descriptive. L’inclusion veut exprimer une dynamique, un engagement.


On observe que ces 3 termes portent une vision distincte de l’individu et de la société : on passe d’une vision égalitaire des individus et des groupes humains, à une conception très individualiste de la société avec la valorisation des différences de chacun, l’inclusion proposant le projet d’une société intégrative et accueillant toutes les différences.


3 concepts, 3 visions, qui tendent tous au même objectif, mais certainement avec des chemins différents.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier