Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Savoir désapprendre pour apprendre

Enregistré le lundi 2 novembre 2020 . 5 min. 04

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Dans une période de grande incertitude, les organisations, les individus ont une obligation de conduire un changement permanent, en interaction avec leur environnement, lui-même changeant et volatile.


Se dégagent alors deux types de changements : l’un qu’on peut qualifier d’adaptation réactive, l’entreprise tente de s’adapter à son environnement ls avec des ajustements successifs et tactiques. L’autre est une conduite de changement proactive, où l’entreprise est en position de pilotage et d’agir sur son environnement, pour ne pas le subir. Bien évidemment, chaque entreprise connait des situations hybrides ou des périodes d’alternance entre ces deux attitudes.


Or, un changement, grand ou petit, n’est jamais simple.


Si la résistance est une des facettes les plus visibles du maelstrom que peut constituer un changement dans les vies professionnelles, elle s’accompagne de multiples manifestations qui relèvent de ce qu’on nomme les risques psycho-sociaux. En effet, on peut observer en période de changements de nombreux symptômes silencieux d’une réelle souffrance des salariés : ce sont du mal-être au travail, des signes de dépression, des somatisations physiques, qui se traduisent par des absences pour maladie, et parfois aussi, des comportements agressifs envers les autres ou contre soi-même sur le lieu de travail, le suicide en étant le paroxysme.


Car un changement, c’est l’abandon, abandon des habitudes, des routines professionnelles, des zones de pouvoir, des façons de faire, des interlocuteurs … le sentiment de devoir faire un deuil, d’oublier ce qu’on savait, ce qu’on faisait et même qui on était. Car le travail est constitutif de notre identité, via le statut, via les interactions sociales et via le bagage de savoir, savoir-faire et savoir-être que l’on a su construire au cours des années.


Et si la clé était le « savoir désapprendre ? »


En effet, une autre façon d’aborder le changement est de se centrer sur le savoir « désapprendre » aussi naturellement qu’on nous demande d’apprendre depuis notre plus jeune âge.


Si l’idée d’acquérir toujours plus de savoir, de savoir faire, de savoir être fonde un accord commun, celle que nous passons aussi notre temps à désapprendre l’est beaucoup moins. L’idée du désapprendre ou du désapprentissage est pourtant riche de potentialités, et stimulante pour avancer dans la compréhension de phénomènes complexes sur lesquels le management bute souvent.


Avec le désapprentissage, on sort du paradigme « stimulus réponse », cette vision de l’apprentissage qui veut que « à une connaissance enseignée, corresponde une connaissance acquise », et on entre dans celui du « réarrangement » permanent des connaissances acquises. On n’oublie rien, on recycle, on réarrange.
Sachant qu’on ne désapprend pas de la même façon et sur le même rythme, différents types de connaissances : faire du vélo ne s’oublie pas, alors que des connaissances en mathématiques ou en histoire peuvent être complètement effacées très peu de temps après les avoir acquises.


Savoir désapprendre est conditionné à la façon dont on a appris, or nous sommes dans une société qui privilégie le par cœur au questionnement, du coup, beaucoup de personnes se fondent sur les croyances, les routines, sans se poser de question. L’enjeu est d’apprendre à dire POURQUOI et pas seulement COMMENT.
Il faut aussi noter qu’il est plus facile de désapprendre ce que l’on a appris que ce qu’on n’a pas appris : le désapprentissage des stéréotypes, des représentations est beaucoup plus complexe que celui des savoir ou des connaissances explicites,
Désapprendre n’est pas le contraire d’apprendre. Apprentissage et désapprentissage sont les deux faces d’un anneau de Moebius.


Comprendre qu’il est aussi important d’apprendre à désapprendre, permet de voir les changements que nous sommes amenés à connaître de façon à la fois plus réalistes et plus positives. Romain Gary disait « toute ma vie j’ai essayé de me soustraire à moi-même et nous sommes des êtres additionnés ». En effet, en entreprise, ou ailleurs, nous sommes des êtres additionnés, et les plus petites particules de ce que nous avons appris participent des ré-arrangements que nous sommes amenés à faire quand il n’est plus possible de continuer à faire "comme avant".


Le "savoir désapprendre" est véritablement à porter au crédit du bagage des compétences managériales.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Isabelle Barth

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER