Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

On se demande parfois dans quel ordre on a intérêt annoncer les nouvelles. Doit-on commencer par les bonnes ? Vaut-il mieux commencer par les mauvaises ? De nombreuses recherches ont été menées sur ce thème. Leurs résultats sont aussi intéressants que contre-intuitifs …


Le premier enseignement est que les gens n’ont pas les mêmes préférences selon qu’ils annoncent ou qu’ils apprennent des nouvelles. 80% des personnes à qui on annonce des nouvelles préfèrent apprendre les mauvaises avant les bonnes. En revanche, plus de la moitié des personnes qui annoncent les nouvelles préfèrent commencer par les bonnes plutôt que par les mauvaises.


Ces résultats ne sont pas très surprenants. D’un côté, les gens à qui on annonce des nouvelles préfèrent terminer par une note positive plutôt que par une note négative. D’un autre côté, annoncer de mauvaises nouvelles génère du stress et de l’inconfort. Les gens qui annoncent des nouvelles préfèrent donc commencer par les bonnes plutôt que par les mauvaises.


Mais les chercheurs ne se sont pas arrêtés là. Ils se sont également intéressés aux conséquences de l’ordre dans lequel on annonce des nouvelles. Ils ont alors observé un paradoxe : si les gens préfèrent recevoir les bonnes nouvelles après les mauvaises, ils sont plus susceptibles d’en tenir compte lorsqu’elles sont annoncées dans l’ordre inverse ! Un employé fera par exemple plus d’efforts pour corriger ses faiblesses si on les évoque après lui avoir rappelé ses forces …


En résumé, les gens ont tendance à annoncer les bonnes nouvelles avant les mauvaises parce que c’est plus facile pour eux. Paradoxalement, ce comportement « égoïste » bénéficie à ceux à qui ils annoncent les nouvelles. C’est notamment le cas lorsque les mauvaises nouvelles sont source de progrès. Pour éviter qu’elles « passent à la trappe », il faut impérativement les annoncer après les bonnes nouvelles.


Source : Legg, A. M., & Sweeny, K. (2014). Do you want the good news or the bad news first? The nature and consequences of news order preferences. Personality and Social Psychology Bulletin, 40(3), 279-288.


Publié le lundi 4 avril 2022 . 2 min. 00

Téléchargez l'application


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Jérôme Barthélemy

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :