La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/239984858?autoplay=1 Jeremy-Robiolle-JRO-Les-residences-etudiantes-6859.jpg
07/12/201702:57

Le marché des résidences étudiantes dispose d’un véritable potentiel de croissance. Je veux bien sûr parler des difficultés pour se loger dans certaines villes étudiantes mais aussi de l’intérêt des investisseurs pour lesdites résidences. En réalité, malgré une demande très dynamique, la croissance du marché sera bridée faute de nouveaux programmes, selon l’étude Xerfi-Precepta. D’un côté, la progression des effectifs étudiants et la dynamique du phénomène de décohabitation soutiennent, entre autres, la demande. De l’autre, la raréfaction des emplacements de qualité et l’absence de continuité dans le développement des résidences services, en particulier dans les plans d’investissements publics, expliquent en partie la pénurie d’offre.

 

Dans ces conditions, les perspectives du marché des résidences étudiantes restent très incertaines d’ici 2020 selon notre étude. Plusieurs scénarios de croissance peuvent alors être envisagés. Le plus probable semble toutefois être celui, intermédiaire, d’une stabilisation du rythme de croissance du parc de résidences étudiantes d’ici 2020. Ce scénario repose sur trois hypothèses fortes, à commencer par le maintien du nombre de nouveaux programmes bien implantés. Il s’appuie également sur l’impact limité de la fin du dispositif fiscal LMNP Censi-Bouvard concernant l’attractivité des résidences étudiantes. Et, enfin, ce scénario suppose des arbitrages d’investissement limités de la part des bailleurs sociaux en défaveur des résidences étudiantes. En l’absence de l’une de ces hypothèses, un scénario pessimiste de croissance moyenne du parc ne peut bien sûr pas être exclu.

 

A l’inverse, si les hypothèses du scénario intermédiaire devaient toutes se vérifier, un scénario plus optimiste pourrait être envisagé. Il suppose néanmoins de rééquilibrer la promesse de valeur. Je m’explique. Comme la pénurie d’offres de résidences étudiantes s’explique par la raréfaction des emplacements de qualité, il faudrait desserrer la contrainte d’implantation. Desserrer cette contrainte en renforçant la dimension service (avec plus d’inclusion, d’innovation, de cohérence, d’écoute ou encore de co-création) afin de proposer à l’étudiant un lieu de vie collectif et moderne. Une fois standardisée et signalée, la qualité de la résidence étudiante permettrait sans doute de redynamiser l’offre. Cela implique que les opérateurs se dotent d’une stratégie d’enseigne. Les acteurs intégrés, comme par exemple Nexity Studéa ou le Groupe Réside Etudes, semblent les mieux placés pour faire évoluer la promesse de valeur des résidences étudiantes. Quant aux purs gestionnaires, positionnés au cœur de la transformation de ce marché, ce rééquilibrage est une occasion unique pour réaffirmer leur rôle au sein du marché.

 

Jérémy Robiolle, Les résidences étudiantes, une vidéo Stratégie & Management.


Mots clés : ImmobilierRésidences étudiantes

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier