La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/261307804?autoplay=1 Cathy-Alegria-CAL-Les-strategies-des-conseillers-en-gestion-de-patrimoines-independants-7413.jpg
17/04/201803:08

Un nouveau cycle s’engage pour les conseillers en gestion de patrimoine indépendants selon la nouvelle étude Xerfi-Precepta. Avec des parts de marché de 7% à 10% en assurance vie, les CGPI ont imposé leur modèle économique sur le marché très disputé de la gestion de patrimoine. A tel point qu’en 2017, plus de 70% des cabinets de CGPI ont enregistré une hausse de leur portefeuille clients, dont près du quart de façon conséquente. Des flux d’épargne et des marchés boursiers en hausse ont également alimenté leur enthousiasme. Mais les marges de la profession sont sous pression. Les CGPI devront en effet encore composer ces prochaines années avec des taux d’intérêt certes faibles mais orientés à la hausse. Sans oublier la remise en cause du statut d’indépendant par la directive MIF II et l’intensification de la concurrence, en provenance notamment des banques de réseaux mais aussi des banques privées indépendantes et étrangères.   
 

Dans ces conditions, le business model des CGPI doit évoluer face à ce nouvel environnement réglementaire et financier. Désormais, diversification, recherche d’allocations d’actifs et de produits plus performants mais aussi préconisations d’investissement plus risqués, comme les unités de compte, vont devenir leurs maître-mots. Pour optimiser les coûts et négocier au mieux les commissions, la course à la taille est aussi d’actualité. Résultat : les opérations de croissance externe et les regroupements se multiplient. Le cabinet Seine et Saône Finance est ainsi tombé dans l’escarcelle de Cyrus Conseil tandis que les groupements commerciaux, comme par exemple CGP Entrepreneurs, permettent aux CGPI membres de se recentrer sur leur cœur de métier grâce à une palette de produits et de services. Des groupements qui peuvent également organiser des veilles juridiques, fiscales, techniques ou créer des extranets. 


 Au-delà, l’amélioration de la valeur client doit figurer en tête des priorités de la profession. Ce qui passe à l’évidence par l’innovation technologique et la digitalisation. Déjà, 60% des CGPI ont mis en place des outils qui facilitent la souscription et la gestion à distance des contrats. En revanche, ils devront faire des efforts en matière de proximité. Messagerie mail, appels vidéo via internet ou échanges sur les réseaux sociaux sont des exemples du vaste champ des possibles du numérique au service d’une nouvelle relation de proximité avec le client. A l’avenir, des plateformes de services patrimoniaux pourraient bien bouleverser le marché. Des plateformes où le smartphone serait le support de plusieurs applications pour centraliser les comptes, les informations ou encore les échanges avec des experts. Les services proposés par certains FinTech donnent déjà le ton. Les CGPI doivent s’y préparer.


Mots clés : StratégieBanque, finance, assuranceConseilAssurance viegestion de patrimoinepatrimoine indépendantCGPI

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier