La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/364999172?autoplay=1 Mounia-Van-de-Casteele-Les-enjeux-et-strategies-dans-la-gestion-d-actifs-pour-compte-de-tiers-306346232.jpg
25/10/201903:16

La gestion d’actifs est en pleine ébullition. Entre une concurrence exacerbée, des chantiers d’ampleur à mener sur le front technologique et des obstacles conjoncturels et financiers, cette industrie doit optimiser ses modèles et ses stratégies de croissance. D’ailleurs, l’année 2018 a mis un terme à six années ininterrompues de croissance. Les encours de la gestion d’actifs pour compte de tiers ont reflué de 2% pour tomber à 3 864 Md€. Une contre-performance qui est loin d’être une spécificité française. Et l’avenir s’annonce délicat selon l’étude Xerfi-Precepta face à la montée du protectionnisme, aux risques géopolitiques et à des taux durablement bas.

En réponse, les gérants d’actifs ont engagé une course à la taille. Et toutes les familles d’acteurs sont à la manœuvre, en France comme sur la scène internationale. Dans l’Hexagone, Amundi a absorbé Pioneer Investments. Une opération, finalisée début 2019, qui a permis à Amundi de creuser l’écart et de conforter son modèle industriel de domination par les coûts. Son compétiteur le plus direct, Natixis Investment Managers, s’est lui aussi engagé dans une course aux volumes. C’est le sens du futur rapprochement des activités de taux de sa filiale Ostrum avec La Banque Postale Asset Management. Cette consolidation laisse augurer à terme un marché français de la gestion d’actifs à deux vitesses. Avec, d’un côté, des géants forts de leur compétitivité et, de l’autre, des acteurs de moindre envergure qui bâtiront leur avantage concurrentiel sur des positionnements originaux et leur performance. En réalité, les gestionnaires d’actifs les plus résilients seront ceux qui auront choisi un terrain de bataille pertinent au regard de leur modèle et de leurs atouts décisifs.

A l’instar des opérations de consolidation, les mutations technologiques façonnent la concurrence. Big data, machine learning et blockhain s’annoncent particulièrement porteuses. Une fois maîtrisées, les deux premières transformeront le cœur du métier des gérants, réconciliant peut-être au passage gestion active et passive. Quant à la blockchain, elle promet des économies d’échelle considérables. Plus généralement, les professionnels se focalisent sur les projets au ROI prometteur à court terme, comme ceux liés aux données et à l’intelligence artificielle. En réalité, la véritable rupture se situe en aval de la chaîne de valeur, avec la montée en puissance de quelques fintech leaders. Des fintech qui se muent en véritables plateformes d’agrégation de services financiers, reléguant les filiales spécialisées des groupes bancaires en simples fournisseurs de produits de placement pour des acteurs tiers. Celles-ci perdraient alors la maîtrise de la relation clients sur le marché retail et donc l’accès à leurs données. De quoi bousculer toutes les hiérarchies au sein de cette industrie.


En savoir plus

Mots clés : Banque, finance, assuranceProtectionnismeIndustrieTechnologieGestion d'actifsConsolidation

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier