Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le triomphe de l'hyper-capitalisme financier

Enregistré le mercredi 28 octobre 2020 . 5 min. 38

Voir plus tard
Partager
Imprimer

On voudrait nous faire croire que la crise du la Covid solde un épisode du capitalisme et ouvre les portes du monde d’après et en accélère l’avènement. Le monde d’avant, qui se meurt sous nos yeux, c’est celui du productivisme carboné et financiarisé. Qui aurait placé la finalité de la valeur actionnariale au-dessus de toutes les autres. Qui aurait fluidifié le capital à un tel degré que le lien des grandes entreprises au territoire se serait totalement distendu. Le monde d’après, c’est l’horizon de l’effondrement final pour les plus pessimistes ou c’est celui qui romprait avec les dérives du précédent, pour le rendre plus soutenable, plus durable. Qui replacerait l’environnement, l’humain, le territoire, les grands équilibres sociaux au cœur de sa régulation.


La finance s’est immunisée contre les aléas de l’économie réelle


C’est un grand classique. Une histoire sans cesse répétée. Dans un monde en transformation continue, l’avant, sur lequel nous portons soudain un regard dépassionné, paraît définir un régime stable et fonctionnel, mais révolu. Le futur est l’horizon de l’idéalisation, du normatif ou au contraire des prophéties les plus sombres. Et entre les deux, le présent est toujours vécu comme un chaos, un déséquilibre non-viable, et au mieux une transition entre deux points supposés stables.


Cette lecture récurrente du présent nous fait perdre de vue l’essentiel. Nous ne sommes pas aujourd’hui à la fin d’un monde, mais bien à son apogée. Croire que ce que nous vivons enterre le capitalisme financiarisé est une vue de l’esprit. Jamais au contraire, le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on veut avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable.


Emploi, immobilier… : la quête de la variabilité des coûts


Cette immunité a été conquise d’étape en étape, crise après crise. Sa première conquête des années 80-90 a été d’obtenir, en mettant à terre les syndicats, la variabilité des rémunérations et la flexibilité de l’emploi. Le détenteur du capital refuse de porter le risque d’une instabilité des profits et reporte l’incertitude sur les salariés ou un essaim d’emplois flexibles ou en freelances. Cette quête de la variabilité des coûts n’a cessé de gagner du terrain, via l’externalisation des process et la plateformisation, qui permet de reporter les ajustements sur la sous-traitance. Et elle franchit un nouveau seuil aujourd’hui avec le télétravail qui permet à certaines entreprises de toucher du doigt le rêve du « officeless ». Un monde merveilleux où même l’immobilier basculerait dans le champ des coûts variables. Où le collaborateur fournirait son travail et la surface qui va avec… nouveau degré de l’ubérisation du monde.


Entreprises et banques sous la loi des gestionnaires d’actifs


La grande conquête de la financiarisation du monde, c’est aussi d’intéresser les dirigeants à tout ce qui produit de la valeur actionnariale et fixe son attention sur la rentabilité à deux chiffres des fonds propres. Le ROE, que l’on dit à 15% pour simplifier, demeure jusqu’à ce jour, et quelles que soient les secousses de l’économie réelle depuis 20 ans, l’objectif inaltérable des groupes cotés. Et tout a été fait pour y parvenir. Les actions ne sont plus un outil de financement. Tout ce qui contribue à la dilution de la valeur est prohibé. Bien au contraire, les groupes les rachètent pour doper les cours. La fair-value permet de faire du levier de façon quasi-invisible. La revalorisation des éléments intangibles des bilans accompagne la montée de l’endettement qui demeure stable en apparence lorsqu’on le rapporte à la valeur des actifs.


Et peu à peu et plus que jamais, les gestionnaires d’actifs sont devenus l’acteur pivot de la financiarisation. Ils ont atteint une telle taille critique, un tel degré de concentration que nulle entreprise cotée n’ose déroger aux objectifs financiers que ces fonds leur assignent. Ils jouent plus que jamais la concentration des secteurs… Pourquoi se priver d’une rente de monopole qui booste la valeur des titres quand on détient les prédateurs et les cibles ?


Les banques elles-mêmes se sont tellement engagées dans le jeu du levier, ont leur sort si intimement lié à celui des investisseurs, la menace de faillites en chaîne et d’emballement systémique est si fort, que ce sont toutes les instances de contrôle et de régulation bancaire qui se retrouvent pieds et mains liés. Si elles ne fournissent pas la liquidité nécessaire au grand glouton financier, si elles osent rehausser un tant soit peu les taux d’intérêt, c’est tout l’édifice qui s’effondre. Elles se retrouvent de fait assujetties à la loi des gestionnaires de fonds.


Or, c’est bien ce monde-là qui est à son apogée. Banques centrales et Etats marchent main dans la main pour éliminer le risque de sinistralité qui serait coûteux pour la finance. Au final, c’est le contribuable des générations futures qui paiera pour l’immunité de la finance d’aujourd’hui. Et les fonds de gestion continuent à bien se porter. Ils ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER