La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Le chômage! jusqu'où ?
https://player.vimeo.com/video/121532977?autoplay=1 Olivier-Passet-Le-chomage-jusqu-ou--1255.jpg
06/11/201203:21

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

La France n’avait jusqu’alors pas si mal résisté sur le front du chômage comme le montre cette comparaison internationale. Mais la déferlante des plans sociaux révèle qu’une digue  est en train de rompre. Les entreprises ne sont plus en mesure de sauvegarder l’emploi au détriment des marges…dans l’attente d’une vraie reprise…qui ne vient pas. 
De fait, la rechute de la croissance va inexorablement accélérer les destructions d’emplois. Si l’on se cale sur les projections de Xerfi (0,1 % de croissance en 2012… -0,3 % en 2013), le chômage augmentera « mécaniquement » au rythme de 350.000 par an.  La sinistre arithmétique du chômage à l’horizon 2013 est sur ce graphique : une destruction de 470 000 emplois marchands ; une montée en charge de 45 000 des emplois aidés … Une perte nette de 425 000 emplois au total. Une perte qui sera aggravée par une hausse de la population active de 135 000 personnes. L’addition est lourde, avec une perspective de 560 000 chômeurs supplémentaires d’ici à 2013 ! Le taux de chômage dépasserait alors 11,5 % de la population active fin 2003….un record historique ! 
Mais pour bien mesurer la menace de ce raz de marée du chômage, il faut avoir à l’esprit l’effort exceptionnel de rétention d’emploi dans les entreprises. Car le secteur marchand n’a finalement perdu que 250.000 emplois depuis 2008, malgré une crise à rechutes. Lors des précédents cycles, les ajustements sur l’emploi avaient été bien plus brutaux.  Les entreprises ont jusqu’alors accepté une dégradation de leur productivité et de leurs marges. La conséquence, c’est la dégradation de leur productivité…et de la rentabilité. Mais leur capacité de résistance est à bout avec des taux de marge au plus bas historique. Restaurer la productivité signifierait une perte de 500 000 emplois supplémentaires…. Un scénario cataclysmique. Un scénario dont la probabilité augmente car la trésorerie des entreprises est de plus en plus dégradée, et qu’on n’entrevoit plus l’horizon de sortie de la crise.
Les dernières lignes de protection risquent de sauter et les restructurations vont s’accélérer. Et cet ajustement, comme dans les années 90, va désormais frapper les qualifications intermédiaires et les cadres, c'est-à-dire le noyau dur de l’emploi qui avait jusqu’ici été épargné par la crise. En faisant simplement l’hypothèse d’une correction qui ramènerait la productivité sur sa tendance et restaure le taux de marge…. le taux de chômage atteindrait alors 13,5 % ! 
Ce sont des années fuite en avant sans affronter les problèmes de marges et de compétitivité des entreprises qui risquent fort de se solder par une explosion du chômage en 2013. Ce nouveau gouvernement n’est certes pas responsable de la situation. Mais il est face à un dilemme historique : soit choisir des mesures défensives passagères, cela s’appelle le traitement social du chômage, mais cela ne réglera rien sur le fond ; soit prendre le taureau par les cornes : que l’on appelle cela pacte, trajectoire, ou choc de compétitivité, cela sera douloureux. Très douloureux.

Olivier Passet, Le chômage ! jusqu’où ?, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie françaisePrévision et conjoncture

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier