Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Les transformations silencieuses sont au cœur de l’évolution sociale et économique.

Qui n’est pas tombé en arrêt devant une photo de soi, constatant avec surprise et parfois avec tristesse que le profil renvoyé par le miroir le matin n’était plus le même ? Cette transformation silencieuse, très personnelle, est utilisée comme exemple par le philosophe François Julien pour en expliquer le concept. Ces transformations silencieuses sont partout autour de nous, du simple au dramatique. La démographie se transforme en quantité et en qualité, les valeurs morales évoluent tolérant aujourd’hui ce qu’elles condamnaient hier (ou le contraire), l’océan de plastique recouvre nos plages, les nappes phréatiques sont polluées de résidus de produits agrochimiques, la biodiversité se dégrade, la planète se réchauffe, les jeunes ne s’informent plus par les médias traditionnels, la place des femmes a radicalement changé, etc.

Alors que nous les croyons lentes, elles sont en fait rapides. Des adultes de 25 ans ont parfois du mal à saisir ce qui motive des adolescents de 15 ans. Elles déconcertent nos repères, nos jugements, nos façons de voir le monde et de réagir à ce qui s’y passe. Nous les regardons souvent comme si ce n’était que des épiphénomènes passagers alors qu’elles bouleversent notre société.

Elles n’influencent souvent que trop tard nos décisions.

Mais pourquoi cette cécité ? Comment expliquer cette passivité, qui devient de plus en plus coupable à mesure par exemple que l’effondrement environnemental se précise ? Est-ce un déni ? Ne les voyons-nous pas ? Souffrons-nous d’un effet Piaget ?

Il est possible que l’aveuglement ne soit qu’un déni. En refusant de voir la réalité, elle ne nous touchera pas. L’autruchisme toutefois semble une explication un peu simpliste quand la plupart des dirigeants peuvent tout de même être qualifiés « d’intelligents », c’est-à-dire dotés de sens critique et ouverts sur le monde.

Notre miroir économique et social, c’est-à-dire la façon dont nous regardons la société, par les informations et les changements dans nos activités quotidiennes, est aussi peu loquace que notre miroir du matin pour nous avertir des changements à l’œuvre. Il est possible que tout simplement, par faute des bonnes sources, nous restions dans notre confortable chambre d’échos et de conformité.

Enfin, « l’effet Piaget » est probablement aussi une explication. Jean Piaget, psychosociologue et épistémologue, soulignait que l’on a tendance à voir le monde d’aujourd’hui avec les lunettes que nous avons chaussées dix ou vingt ans auparavant, voire plus. Nous savons tous que nous avons tendance à nous voir nous-mêmes plus jeunes que nous sommes en réalité. C’est explicable mais dangereux.

Quelles qu’en soient les causes, notre aveuglement devant les transformations est un biais catastrophique. Il se manifeste souvent par une confiance trop grande accordée à l’intuition. L’intuition est parfois utile mais quand elle repose sur des expériences et perceptions obsolètes elle devient un très mauvais guide. Ce biais se manifeste aussi par des analyses erronées, donnant trop de place à ce qui confirme notre vision périmée et pas assez à celles du monde qui vient.

Ne pas voir l’avenir décarboné, ne pas comprendre les motivations des jeunes, ne pas voir l’évolution démographique, ne pas comprendre comment réinventer les RH de demain, sont des dangers stratégiques qui peuvent conduire au sabotage d’une entreprise.

Y a-t-il des remèdes ?

Chacun peut veiller à rester « au courant » des évolutions du monde mais reconnaissons que cela demande des capacités d’écoute hors normes, notamment car notre capacité à identifier des signaux faibles est limitée.

D’autres moyens toutefois sont disponibles. On peut par exemple avoir un fou du roi, c’est-à-dire des personnes qui disent la vérité et choquent nos perceptions. Il peut s’agir parfois de nos enfants, mais bien d’autres acteurs peuvent jouer ce rôle (collègues, équipes, consultants, partenaires, influenceurs, blogueurs), encore faut-il accepter de les écouter sans les prendre, justement, pour des fous…


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :