Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


De la bureaucratie à l'happycratie : décryptez votre organisation

Publié le mercredi 28 septembre 2022 . 4 min. 27

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Qu’elles soient publiques, privées ou associatives, les organisations sont aussi des régimes politiques. Chacune d’elle fonctionne à partir d’une sociologie d’acteurs et d’un agencement institutionnel spécifique dont la légitimité des pouvoirs exercés est ancrée dans une croyance envers une certaine façon de travailler ensemble et, dans une certaine mesure, au « prestige » de ses dirigeants.


Cette croyance collective à laquelle une majorité de collaborateurs font bon gré mal gré allégeance emprunte à l’un des 4 régimes matriciels suivants :


Tout d’abord, celui qui est souvent associé au fonctionnement des administrations publiques est le régime bureaucratique dont l’idéologie centrale est la stabilité organisationnelle, la protection sociale et l’absence de conflit que tente de garantir un pouvoir central fort qui s’appuie sur une hiérarchie stricte et un ensemble de règles impersonnelles. Comme l’a démontré Michel Crozier, il règne en bureaucratie une pensée mécaniste, disciplinaire et omnisciente susceptible de solutionner n’importe quel type de problème. 


Un autre régime, très prisé dans les entreprises industrielles, est le régime technocratique dont l’idéologie centrale est « intelligence organisationnelle » selon l’expression de James March. En Technocratie, la priorité est la recherche de l’excellence à tous les niveaux en faisant un usage immodéré des indicateurs de performance, des baromètres sociaux et des indices environnementaux. En Technocratie, les experts règnent en maîtres et la qualité de vie au travail s’obtient à proportion du niveau d’intelligence organisationnelle atteint.


En réaction à la tyrannie administrative du régime bureaucratique et au rationalisme triomphant du régime technocratique, se développe tant bien que mal le régime adhocratique. La priorité de ce régime n’est pas tant la promesse utopique d’une organisation libérée de toute forme de hiérarchie que la volonté de rendre l’organisation aussi agile et réactive que possible. Exit la structure mécanique, place à un fonctionnement organique favorisant la liberté d’action et le control social considérés comme la meilleure façon d’atteindre la performance dans un monde complexe et fondamentalement instable.


Plus récemment on a vu apparaitre, le régime happycratique lequel jouit d’une popularité avérée, mais peine à s’imposer intégralement. Le bonheur des salariés est la priorité absolue de ce régime, et pour cause, toutes les décisions structurantes sont guidées par l’idée selon laquelle il ne peut y avoir d’efficacité collective sans un total épanouissement psychique individuel de l’ensemble des collaborateurs. Les organisations attirées par le régime happycratique sont reconnaissables à l’importance démesurée qu’elles donnent à l’accompagnement émotionnel par les nouveaux spécialistes de la psyché heureuse.


Enfin, il y a le régime démocratique. Toujours balbutiant, ce régime est fondé sur le principe d’égalité en réponse à l’absence de démocratie dans les entreprises. La priorité ici, c’est l’équilibre des pouvoirs entre un Conseil d’Administration représentant les intérêts des investisseurs en capital et un Conseil Social et Economique regroupant les représentants des « investisseurs en travail » selon l’expression d’Isabelle Ferreras. Les décisions stratégiques et opérationnelles résultent alors de choix majoritaires entre des parties prenantes représentées de façon égalitaire. 


En conclusion, on peut citer Jean-René Fourtou, un des patrons emblématiques du capitalisme Français des années 80 à 2000 qui dit un jour : « Organiser, ce n’est pas mettre de l’ordre. C’est donner de la vie ». Jolie phrase, mais dans chaque organisation, la vie s’organise selon un régime préférentiel et avec lui son mode de fonctionnement et de régulation des asymétries de pouvoir.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Eric-Jean Garcia

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER