Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La collaboration dévore la coopération

Publié le vendredi 17 juillet 2020 . 3 min. 52

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Jamais la question du « travailler ensemble » n’a suscité autant d’intérêt dans les entreprises et ce à tous les niveaux. Mais si le travail collectif est aujourd’hui auréolé de toutes les vertus, son chemin est plus que jamais pavé de zones d’ombre et l’utilisation approximative de certains termes n’arrange pas les choses.  

Prenons l’exemple de la « collaboration » et de la « coopération ». Ces deux termes sont très souvent utilisés de façon interchangeable et les définitions proposées sont généralement simplistes.

Il faut dire que même les experts en management, en sociologie des organisations ou en psychodynamique du travail ne s’entendent pas sur la distinction qu’il serait utile de faire entre « collaboration » et « coopération ».

Etymologiquement, la différence est pourtant palpable puisque collaboration signifie « travailler ensemble pour faire » alors que coopération désigne le fait « d’œuvrer ensemble pour savoir ».

A partir de là, on peut dire que la collaboration se manifeste par la recherche d’un consensus au sein du collectif pour mieux servir un idéal de production. En partageant les mêmes valeurs et les mêmes objectifs et grâce à la complémentarité et la coordination des efforts du groupe, il sera possible de produire plus et mieux.

La collaboration est donc parfaitement compatible avec les dispositifs de déhiérarchisation et d’amélioration des conditions de travail ou de télétravail. Ce qui compte c’est le respect mutuel de chacun et la défense des intérêts vitaux de l’entreprise. Le « lean management » répond parfaitement aux caractéristiques de la collaboration.

La coopération s’inscrit dans un registre différent, celui de l’entraide créatrice au service d’un idéal de prospérité. La coopération a donc besoin d’un écosystème ad hoc qui va s’opposer à l’organisation en silo et favoriser la confrontation des divergences d’intérêts entre les parties prenantes. A cela s’ajoute une volonté réelle et sérieuse d’apporter une contribution éminemment responsable aux défis sociaux et environnementaux du monde moderne. 

La coopération apparait ainsi comme une forme singulièrement estimable du travailler ensemble. Mais force est de constater qu’elle est assez rare en pratique notamment parce que la collaboration dévore la coopération pour reprendre l’expression d’Eloi Laurent. Autrement dit, le rythme fou dans lequel s’est engouffré l’humanité exalte l’esprit de compétition au détriment de l’esprit de contribution au service d’intérêts supérieurs à ceux du mercantilisme.

Mais c’est aussi parce que la pratique de la coopération est problématique. Avant tout, parce que notre système éducatif récompense prioritairement l’individualisme. Combien de notes collectives un français à obtenu lorsqu’il arrive au baccalauréat ?

Ensuite, parce que la coopération créée de la dépendance et génère du conflit. En ne cherchant pas le consensus, la coopération exige de confronter les points de vue pour arriver à un compromis. De plus, l’entraide au travail oblige les acteurs à être transparents sur leurs points faibles et il faut bien avouer que n’est pas toujours facile à assumer. Enfin, l’équité de la rémunération des membres d’un groupe de travail n’est pas évidente à trouver.

Le général de Gaulle a dit un jour : « L’aventure personnelle est une passion enfantine ». C’est vrai, mais l’aventure collective à plus à offrir au monde qu’une simple superposition de compétences. 


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER