Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les lanceurs d'alerte : de la loyauté à la trahison ?

Publié le mardi 13 décembre 2022 . 3 min. 47

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Un des dilemmes les plus cornéliens pour les acteurs du monde professionnel est de savoir où doit aller sa loyauté lorsque l’on a connaissance d’une information sensible constituant un délit, une menace ou un préjudice grave pour l’intérêt général.


En fonction de la gravité de la situation, faut-il rester fidèle à son organisation et protéger les intérêts des parties prenantes de celle-ci ou bien faut-il mobiliser sa conscience morale et son sens civique dans l’espoir de vivre en paix avec soi-même et de contribuer modestement à rendre la société plus juste ?


Ce dilemme de la loyauté au travail est notamment exacerbé par un possible sentiment de trahison. Dois-je trahir la confiance de mon employeur et parfois même celle de mes collègues ou bien dois-je trahir le sentiment de justice auquel légitimement j’aspire ? Ce dilemme peu également survenir en réalisant l’importance des conséquences psychologiques et matérielles d’une prise de parole publique.


Mais quel que soit l’origine d’un tel dilemme, nous avons toujours le choix entre trois types de décision lesquelles ont été subtilement étudiées par Albert Hirschman, un socio-économiste américain d’origine allemande.


Tout d’abord, j’ai le choix du statu quo, c’est à dire de rester loyal aux intérêts vitaux de mon organisation. Mais en taisant le caractère pernicieux d’une situation, ne suis-je pas en train de la protéger ? Ma discrétion pourrait ainsi se transformer en un aveu de complicité.


J’ai aussi le choix de fuir, c’est-à-dire de quitter mon travail pour chercher ailleurs un nouvel emploi dans un contexte plus fidèle à mes valeurs. Si la fuite est souvent justifiée par la peur d’affronter une situation inique et compliquée elle a peu de chance de renforcer l’estime de soi.


Enfin, j’ai le choix de prendre la parole et de signaler à l’intention publique les faits dont j’ai connaissance dans l’espoir d’éviter un drame ou d’obtenir un changement radical de la situation. Je deviens ainsi un lanceur d’alerte.


Cette dernière option bénéficie d’un soutien légal, notamment à travers la loi Sapin II qui donne aux personnes physiques la possibilité d’exercer leur droit d'interpellation publique en tant que citoyen-responsable. A cet égard, des plateformes de signalement comme SpeakUp sont à leur disposition.


Un tel soutien est justifié par la nécessité de corriger tout ce qui nuit à la concurrence libre et non faussée. Mais en facilitant la dénonciation d’infractions aux différents codes régissant les activités au sein d’une organisation, le lanceur d’alerte est confronté à un second dilemme, de nature politique cette fois-ci.


En effet, lorsqu’il assume son rôle de « vigie éthique », le lanceur d’alerte contribue à protéger la respectabilité du modèle socio-économique dominant dans le monde, à savoir le libre-échange. Par ailleurs, ce modèle à pour caractéristique d’exacerber la concurrence entre les Etats et les entreprises au point d’amener ces dernières à faire un usage immodéré de l’optimisation en tout : fiscale, sociale, financière, commerciale, environnementale et juridique.


Il en résulte une ivresse de l’optimisation laquelle pousse de nombreuses équipes dirigeantes à flirter avec les limites de ce qui est autorisé, une idylle dont le lanceur d’alerte est l’enfant naturel.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :