Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Maîtriser son intelligence émotionnelle pour mieux décider

Publié le mercredi 8 février 2023 . 4 min. 17

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Comment réagissez-vous dans le feu de l’action ? En rendez-vous, en réunion ou en représentation, êtes-vous comme beaucoup, susceptible d’être emporté par l’élan de vos certitudes, l’ardeur de vos passions et la vigueur de vos émotions ? Ou bien réussissez-vous à faire le plein usage de votre raison en gardant suffisamment de recul sur ce qui est en train de se passer tout en étant capable de réévaluer régulièrement vos positions ?


Pas simple en effet de raisonner avec sérénité, sans avoir à regretter son attitude et ses choix alors même que l’on est directement impliqué dans l’action. Et plus les enjeux de cet instant sont perçus comme étant importants et plus cette capacité à rester un acteur éveillé, lucide et constructivement engagé sera difficile. 


Pourtant, on le sait, il y a beaucoup à gagner à rester maître de soi en faisant le plein usage de son intelligence, en toute circonstance. On peut par exemple déjouer les stratégies d’acteurs, remettre les enjeux en perspectives et imaginer des solutions plus constructives que celles offertes par la simple confrontation. 


Mais est-il possible de développer les qualités nécessaires pour maîtriser cette forme, ô combien vertueuse, d’intelligence sociale ? La réponse est évidement « oui », mais dans des proportions difficiles à apprécier a priori tant celles-ci dépendent de nos aptitudes et de notre volonté à travailler à la fois sur notre comportement et nos capacités cognitives.


Dans cette perspective, la maîtrise de ses émotions est assurément une piste intéressante à considérer, mais elle est loin d’être suffisante. La preuve, on peut fort bien se connaitre, dominer ses humeurs dysfonctionnelles, être à l’aise dans ses relations sociales tout en faisant preuve d’empathie et malgré tout, prendre des décisions risquées, partiales, inadaptées voire même stupides. Autrement dit, l’intelligence émotionnelle ne peut à elle seule garantir l’intelligence d’une décision. 


Une autre piste, néanmoins complémentaire de la précédente, est celle proposée par Donald Schön, un philosophe américain connu pour ses travaux sur la réflexion dans l’action et l’utilité de distinguer la pensée dans l’action de la pensée sur l’action. 


La pensée dans l’action désigne les inévitables savoirs tacites que mobilise toute personne agissant dans l’instant. Ces savoirs tacites sont constitués d’une multitude de connaissances formelles et informelles accumulées aux cours de ses expériences. Le volume de ces connaissances est considérable sans que nous en soyons pleinement conscients. C’est ainsi, « nous en savons toujours plus que ce que nous sommes en capacité de l’exprimer », selon la formule célèbre de Michael Polanyi.


Quant à la pensée sur l’action, il s’agit d’une réflexion à la fois rétrospective et prospective. Elle vise notamment à tirer les enseignements de ce qui s’est passé et d’en tirer des leçons dans le but d’apprendre de ses succès comme de ses erreurs.   


Il ressort de ces constatations qu’un manager réflexif est un professionnel capable non seulement de maîtriser ses émotions mais également d’autoréguler son jugement tout en restant engagé dans le feu de l’action. Un tel professionnel s’appuie sur sa vision hélicoptère de la situation pour agir en conscience, en connaissance et en conséquence.


Dans un second temps, le manager réflexif s’impose d’étudier a posteriori ce qui s’est passé afin de s’assurer que ses facultés émotionnelles et cognitives s’enrichissent toujours de leurs expériences. Ainsi paré, le manager réflexif sera en capacité d’instiller toujours plus de réflexion dans ses réflexes.


Téléchargez l'application


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Eric-Jean Garcia

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :