Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le travail, la joie, la souffrance

Publié le mardi 22 mars 2016 . 3 min. 44

Voir plus tard
Partager
Imprimer

« Il est des natures […] rares, qui aiment mieux périr que travailler sans joie [… »]. Cette phrase de Nietzsche, qui apparaît précisément dans le Gai Savoir, semble comme hantée par les désastreuses conséquences du travail qui n’atteint pas son but.

 

Or qu’apprend-t-on si l’on observe les nombreuses statistiques qui concernent le travail des cadres ? Et bien que la joie n’y est pas forcément le sentiment le plus prégnant et qu’au final les managers sont la catégorie socio-professionnelle la plus touchée par le stress au travail. Stress au travail que d’aucuns ont pu appeler burn-out, qui revêt en tout premier lieu le caractère d’une perte d’agentivité, c’est-à-dire au fond le sentiment de perte d’influence sur le cours de choses. Tout se passant comme si, prisonniers de modèles de gestion du passé, du taylorisme au toyotisme, de nombreux managers aujourd’hui avaient l’impression, pour reprendre une expression de Jean Giono, de faire du travail triste.

 

Mais pourquoi faire semblant de s’étonner de la souffrance au travail, lequel, dans son sens originel, nous ramène au latin labor, la peine, ou à trepalium, qui n’est autre qu’un instrument de torture ? Sans doute est-ce parce que le sens que nous lui attribuons a profondément changé, historiquement depuis au moins les trente glorieuses, au point d’être considéré aujourd’hui comme ayant un rôle central dans l’accomplissement de la vie de chacun. Le travail étant en quelque sorte devenu le principal facteur de réalisation et d’émancipation de l’individu.

 

Dans ces conditions incertaines, peut-être faudrait-il tenter de définir enfin cette joie au travail. Car de quoi s’agit-il au juste ? La plus convaincante des réponses nous vient d’Henri Bergson. Dans L’Energie spirituelle, il nous indique que la joie est un signe que nous éprouvons lorsque notre visée propre est atteinte. Non pas le plaisir momentané, la satisfaction plus ou moins fugace, mais la joie en ce qu’elle est le lieu où se révèle une création. Plus la création serait authentique, plus à son tour la joie se manifesterait. Dans ce texte fameux il prend notamment l’exemple « du commerçant qui développe ses affaires, du chef d’usine qui voit prospérer son industrie » pour s’interroger : « est-il joyeux en —raison de l’argent qu’il gagne et de la notoriété qu’il acquiert ? Richesse et considération entrent évidemment pour beaucoup dans la satisfaction qu’il ressent, mais elles lui apportent des plaisirs plutôt que de la joie, et ce qu’il goûte de joie vraie est le sentiment d’avoir monté une entreprise qui marche, d’avoir appelé quelque chose à la vie. Prenez des joies exceptionnelles, celle de l’artiste qui a réalisé sa pensée, celle du savant qui a découvert ou inventé. Vous entendrez dire que ces hommes travaillent pour la gloire et qu’ils tirent leurs joies les plus vives de l’admiration qu’ils inspirent. Erreur profonde !, indique Bergson, On tient à l’éloge et aux honneurs dans l’exacte mesure où l’on n’est pas sûr d’avoir réussi. »

 

Voici donc notre problème partiellement résolu. Nous comprenons que la joie au travail est immanente et qu’elle se tient solennellement face à ce quelque chose qui a été amené à la vie. On conçoit donc que le travail gai n’est pas un but en soi, une destination précise, un soulagement ou un acquis irrévocable mais plutôt une orientation, une direction, un mouvement vers un dépassement, de la matière aussi bien que de soi-même.

 

L’élan ne saurait jamais retomber, car c’est dans le faire lui-même que réside la joie au travail.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER