Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Face à une crise majeure, faut-il faire des licenciements massifs ?

Publié le mardi 17 juillet 2018 . 2 min. 10

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Les attentats du 11 septembre 2001 ont eu un impact dévastateur sur les compagnies aériennes américaines. Confrontées à l’effondrement de leur trafic, elles ont licencié jusqu’à 25% de leurs effectifs (voir tableau 1). Ces licenciements massifs leur ont-ils permis de surmonter la crise ? Pas forcément. Quatre ans après les attentats, seules deux compagnies aériennes américaines sont revenues à un niveau de capitalisation boursière équivalent à celui de septembre 2001 (voir tableau 2).


La juxtaposition des deux tableaux est intéressante. Elle montre que les deux compagnies aériennes qui ont le mieux « rebondi » (Southwest et Alaska) sont celles qui ont le moins licencié. En fait, elles n’ont pas licencié un seul employé … A l’inverse, les trois compagnies aériennes qui ont le moins bien « rebondi » (United, US Airways et American Trans Air) sont celles qui ont le plus licencié (entre 20 et 25% de leurs effectifs).


De nombreux dirigeants pensent que les licenciements permettent d’accroitre la résilience des entreprises en temps de crise. Malheureusement, on observe généralement le phénomène inverse : plus une entreprise licencie, plus elle éprouve de difficultés à « rebondir ». L’explication est simple : les licenciements ont un effet délétère sur l’implication du personnel … qui se traduit par un effondrement de la performance de l’entreprise.


Si toutes les entreprises auraient intérêt à éviter de licencier en temps de crise, ce privilège est réservé à celles qui disposent de réserves financières suffisantes. En effet, il existe un cercle vertueux « investissement dans le personnel -> forte implication du personnel -> performance élevée de l’entreprise -> accumulation de ressources financières -> possibilité de ne pas licencier en temps de crise -> implication encore plus forte du personnel. » C’est avant tout pour éviter de rompre ce cercle vertueux que les dirigeants de Southwest ont décidé de « prendre soin de leur personnel » (« taking care of our people ») après les attentats du 11 septembre.


 
Source : Gittell, J. H., Cameron, K., Lim, S., & Rivas, V. (2006). Relationships, layoffs, and organizational resilience: Airline industry responses to September 11. Journal of Applied Behavioral Science, 42(3), 300-329.


Téléchargez l'application


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Jérôme Barthélemy

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :