Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Vaut-il mieux faire gérer son argent par quelqu’un qui en a toujours eu ? Et l’industrie de la gestion de fortune a-t-elle intérêt à recruter ses cadres parmi les rejetons des grandes fortunes qui sont ses clientes, comme elle semble parfois le faire ?

Un article de la Review of Financial Studies pose cette question. Au prix d’un travail de fourmi, les auteurs ont analysé la performance des gestionnaires de fonds américains, en la croisant avec le niveau de fortune et de revenus qu’avait leur famille au moment de leur naissance.

Leur première observation, c’est que contrairement au cliché des « riches au service des riches », tous les gestionnaires de fonds ne sont pas nés avec une cuillère d’argent dans la bouche. Certes, les 20% les plus favorisés à la naissance font partie du 1% des familles américaines les plus riches. Mais les 20% les moins favorisés sont issus de familles dont le revenu était inférieur à la moyenne nationale.

Partant de là, les auteurs ont pu analyser la performance des uns et des autres. Et le résultat, c’est que ce sont les enfants des « pauvres » qui ont les meilleurs résultats. Leurs performances sont nettement supérieures à celles des managers les plus favorisés à la naissance. On pourrait presque dire, comme l’Evangile, que « les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. »

Pour les auteurs de l’étude, l’explication est relativement simple : ceux qui sont partis « derniers » sont des « outsiders ». Ils ont dû surmonter des barrières à l’entrée que les « premiers », « gosses de riches » n’ont pas connues.  Ils ont été sélectionnés plus rigoureusement. Et une fois entrés dans le métier, ils ont travaillé plus dur pour prouver leur valeur.

Il faut souligner une limite importante de l’étude : les données nominatives sur le revenu et la fortune des familles ne sont publiques, aux Etats-Unis, qu’après une période de 72 ans. Tous les individus de l’échantillon sont donc nés avant 1945 ; et les performances étudiées datent donc des années 1990. Il est possible que l’industrie de la gestion de fonds soit très différente aujourd’hui de ce qu’elle était il y a trente ans. Notons cependant qu’en utilisant d’autres données pour reproduire approximativement leurs résultats sur des périodes plus récentes, les chercheurs n’en ont pas trouvé la preuve.

La gestion de fonds a le mérite de permettre une grande lisibilité des performances, mais la logique de l’étude peut, en principe, s’appliquer partout. Dans toute compétition, si deux personnes sont parvenues au même résultat, mais si vous savez que l’une d’entre elles a bénéficié d’avantages particuliers tandis que l’autre a dû surmonter des obstacles importants, que pouvez-vous conclure ? A priori, statistiquement parlant, que la seconde a des chances d’avoir des qualités supérieures.  Peut-être même est-ce là une bonne raison pour diversifier votre recrutement !


Publié le mardi 12 septembre 2023 . 3 min. 03

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :