Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Méfiez-vous des success stories !

Publié le lundi 29 août 2022 . 5 min. 39

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le récit le plus fréquent dans le monde des affaires, c’est incontestablement la success story. Nous lisons des biographies de leaders visionnaires, comme Steve Jobs ou Elon Musk. Nous nous précipitons sur les articles qui racontent le succès fulgurant d’une start-up ou son entrée en bourse réussie. Même dans les business schools, nous étudions des cas réels, parfois pour comprendre un échec, mais plus souvent pour tirer les leçons d’un succès.

On connaît depuis longtemps les limites de l’exercice. La principale, c’est l’effet de halo : quand on étudie une belle histoire de succès, on a tendance à penser que toutes les pratiques de l’entreprise considérée ont concouru à ce succès. Le « halo » positif de la réussite colore notre évaluation de toutes les composantes de l’histoire. Par exemple, les biographes d’Elon Musk ne manquent pas d’insister sur sa tendance à s’affranchir des règles communes : avant même de racheter Twitter pour une somme qui laisse perplexes la plupart des analystes, Musk fumait du cannabis en direct à la télévision et enfreignait la réglementation boursière en diffusant sur Twitter des informations stratégiques sur Tesla. Ce qui est important, c’est qu’on présente généralement ces écarts comme indissociables du génie de l’entrepreneur : c’est le même rejet des conventions, nous dit-on, qui permet à Musk de révolutionner des pans entiers de l’économie. Bref, ce n’est pas en dépit de ses écarts de conduite que Musk réussit, mais grâce à eux.

Pour en être sûr, en principe, il faudrait pouvoir étudier un large échantillon d’entrepreneurs à la personnalité aussi inhabituelle que Musk ; et déterminer si ces individus réussissent ou non mieux que la moyenne. Comme c’est impossible, nous en sommes tous réduits à utiliser notre bon sens pour essayer de faire la part de l’essentiel et de l’accessoire. Quand nous lisons une success story, nous nous croyons capables de distinguer ce qui compte vraiment de ce qui n’est qu’un détail. Dans l’histoire de Steve Jobs (autre archétype inusable de succès), c’est la créativité produit qui semble décisive, pas le pull-over noir.

Encore faut-il que nous soyons réellement capables de faire ce distinguo, et de ne pas nous laisser influencer par des facteurs sans importance. Cinq chercheurs américains, sous la direction du sociologue Duncan Watts, ont cherché à le vérifier. Pour cela, ils ont soumis à des volontaires une série d’histoires de start-ups, dans lesquelles ils faisaient simplement varier une caractéristique du fondateur. Pour certains participants, le fondateur était présenté comme un college dropout, c’est-à-dire comme ayant abandonné ses études pour monter son affaire (à l’instar de Bill Gates ou Marc Zuckerberg). D’autres participants lisaient une version de la même success story dans laquelle le fondateur était diplômé de l’université (ce qui est le cas de la plupart des entrepreneurs et de l’immense majorité de ceux qui réussissent le mieux).

Les chercheurs ont ensuite demandé aux participants quelles leçons ils tiraient de ces histoires. Leurs réponses semblent parfaitement rationnelles : les sujets expliquent volontiers que l’histoire qu’ils ont lue n’est qu’un exemple, qu’il faut se garder d’extrapoler. En théorie, ils savent qu’on ne devrait pas en tirer de conclusions sur les chances de succès des college dropouts par rapport à celles des diplômés.

Là où le bât blesse, c’est que lorsqu’on demande ensuite à ces mêmes participants de faire des choix d’investissement, les paris qu’ils prennent sont bien influencés par l’histoire qu’ils viennent de lire. Quand ils ont lu la version « diplomé » de la success story, les participants sont 87% à choisir d’investir dans une start-up créée par un diplômé. Quand ils ont lu la version « college dropout » de l’histoire, ils ne sont plus que 32% à choisir de parier sur un diplômé ! En d’autres termes, immédiatement après avoir expliqué que la success story n’est qu’un exemple isolé dont il ne faudrait pas tirer de leçons générales, les participants démontrent, par leurs décisions, qu’ils en ont bel et bien tiré une leçon générale.

Tirons, nous aussi, de cette étude une conclusion générale : même quand nous nous pensons capables de prendre du recul sur une success story, de ne pas être exagérément influencé par des aspects de l’histoire que nous savons accessoires, nous sommes sensibles à toutes ses composantes. Même quand nous essayons de ne pas nous laisser influencer, nous ne pouvons pas nous empêcher de l’être.

Bien sûr, nous n’allons pas renoncer aux « success stories ». Mais leur puissance est telle que nous devons faire un effort spécial pour en faire bon usage. Plutôt que d’y chercher des leçons à prendre au pied de la lettre, voyons-les comme des sources d’inspiration. Essayons, d’ailleurs, de lire autant d’histoires d’échecs que de succès : il y a aussi beaucoup de leçons à y trouver… Et surtout, traitons les unes et les autres comme un terrain fertile pour exercer notre esprit critique. Déterminer, dans l’histoire d’une autre entreprise, ce qui pourrait s’appliquer à la vôtre, c’est un vrai travail de réflexion et d’analyse. Aucune success story toute faite ne peut le faire pour vous.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Olivier Sibony

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER