Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La fonction des "objets frontières"

Publié le mercredi 6 avril 2022 . 4 min. 50

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le concept d’objet frontière a été proposé par Star et Griesemer en 89 dans le cadre d’une étude ethnographique de la coordination dans la recherche scientifique. L’idée est que des communautés différentes, chacune avec des références conceptuelles, sémantiques, culturelles spécifiques peuvent avoir du mal à travailler ensemble mais se retrouver sur des « objets », qu’ils soient concrets comme des cartes, des schémas, des représentations ou qu’ils soient abstraits, comme des classifications, des répertoires ou des catégories.


Imaginons un projet d’innovation qui va mobiliser des acteurs venus d’horizons très différents : des marketeurs, des développeurs, des contrôleurs de gestion, des ingénieurs de production, mais aussi des clients fidèles, des riverains des usines concernées, des ONGs vertes, etc. Tout ce beau monde venu pour partie de l’entreprise, pour partie de l’extérieur voit le projet depuis sa fenêtre. Les acteurs internes le voient même depuis leur fonction. Et les externes le perçoivent depuis leur extérieur respectif. Au début tout est ouvert, les représentations du projet que s’en font les acteurs ont toutes les raisons du monde de diverger. Progressivement, au fur et à mesure du travail et des interactions, des productions intermédiaires vont apparaître, ce sont des objets frontières autour desquels les représentations vont se cristalliser et s’affiner : d’un côté il y aura appropriation commune de ces objets ; d’un autre côté, chacune de ces appropriations sera fortement dépendante aux biais portés par chacun, et, pour une bonne part, liés à leur communauté d’appartenance.


Les objets frontières opèreront donc comme des médiateurs, des vecteurs de traduction et d’interprétation rendant la coopération possible, mais avec des marges d’interprétation qui laisseront des espaces ouverts à bien des ambiguïtés voire des incompréhensions. En même temps, la coopération sera rendue possible par ces aménagements interprétatifs permettant à chacun de penser s’y retrouver.


On le comprend, ces objets frontières, à la frontière entre différents groupes parties prenantes, émergent pour faciliter le dialogue, la compréhension, non pas par l’alignement mais par la flexibilité dans l’interprétation que chaque groupe social peut en faire. Et plus fondamentalement, ces objets frontières véhiculent avec eux une infrastructure invisible faite de normes, de conventions, de standards implicites mais bien présents, participant de la traduction dans des contextes et des cultures différentes qui permettent aux acteurs de se rencontrer, sinon de se comprendre. Il y a là un point crucial qui participe du « en même temps » pour rendre compte de la complexité et de l’ambiguïté des relations qui se nouent : ces traductions sont flexibles et interprétatives, elles sont diverses et hétérogènes. En cela, l’objet frontière est au moins autant source de malentendus, que source de cotravail dans un espace de compréhension commune apparente.


Quand en octobre 2021, le Emmanuel Macron présente le plan France 2030, il prend soin de l’illustrer par des objets cibles (l’avion bas carbone, des petits réacteurs nucléaires modulaires, des batteries pour l’automobile électrique, des biomédicaments, des traitements du cancer, etc.). Ces illustrations participent d’une volonté claire de poser des objets frontières qui parlent aux spécialistes comme au grand public, aux chercheurs comme aux industriels, aux producteurs comme aux clients potentiels, même si les interprétations qu’en font les uns et les autres sont inévitablement différentes. Nous sommes là dans de la communication politique destinée à susciter l’adhésion.


Mais ne nous y trompons pas. La communication peut abuser des objets frontières. Quand les médias ne cessent de manier des termes comme l’intelligence artificielle, l’internet des objets, le machine learning, le big data, ou les cobots, ces concepts évocateurs perdent tout espoir de rallier des représentations au moins en partie congruentes. Ces termes attrape-tout, remplis d’un fatras perturbant, ne sauraient être entendus comme des objets frontières mais pour ce qu’ils sont : des mots valises à déconstruire. A mal nommer les choses, disait Camus, on ajoute au malheur du monde.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER