Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les pauvres et le Président

Enregistré le lundi 2 décembre 2019 . 3 min. 45

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Vis-à-vis des riches, la politique d’Emmanuel Macron a tout de suite été claire : il faut les enrichir encore plus. Les chiffres du projet de loi de finances 2020 apparaissent à cet égard éloquents : la suppression partielle de l’ISF et la réduction massive de la taxation des gains en capital ont coûté 4,6 milliards de recettes fiscales perdues en 2018, 4,9 milliards en 2019, un montant prévu à 5 milliards en 2020. L’étiquette de « président des riches » n’est donc pas usurpée. Mais que veut faire le président de la république vis-à-vis des pauvres ? Les choix sont moins clairs, voire plutôt contradictoires.

Le gouvernement héritait de ce point de vue d’une situation plutôt favorable avec une stabilisation du taux de pauvreté – les personnes gagnant moins que 60  % du revenu médian -  autour de 14 % de la population. Les premières estimations de l’Insee pour 2018 font état d’une forte hausse à 14,7 %. Mais le chiffre tient compte de la baisse des Aides au logement et pas des baisses de loyers destinées à la compenser. Une fois ce facteur pris en compte, le taux de pauvreté passerait de 14,1 % de la population en 2017 à 14,3 % en 2018, une hausse moins importante. Mais une hausse quand même.

La France a les moyens de lutter contre la pauvreté. Car celle-ci n’est pas une épée de Damoclès qui pèse sur tous : 85 % des pauvres ont au mieux le bac, les moins qualifiés sont les premiers touchés et largement. Un quart vivent dans une famille monoparentale, un tiers a moins de 20 ans. Le taux de pauvreté est de 22 % chez les agriculteurs – artisans – commerçants, de 15 % chez les ouvriers, de 3,4 % chez les cadres supérieur.

La pauvreté n’est pas non plus une trappe dans laquelle on tombe pour ne jamais ressortir. Selon l’Insee, seule la moitié des pauvres le sont encore l’année suivante. Seuls 4 % des pauvres, des sans diplôme, des plus de 65 ans, des immigrés, n’arrivent plus à en sortir. Et, grâce à ses impôts et à son système de redistribution sociale, la France compte moins de pauvres que la grande majorité des autres pays européens.

La lutte contre la pauvreté réclame ainsi des mesures pour aider les personnes les plus fragiles à éviter d’y tomber. Et c’est là que ça se gâte. Car le gouvernement ne cesse d’envoyer des signaux contradictoires.

Face aux peu diplômés, il développe l’apprentissage… mais flexibilise dans le même temps le marché du travail, ouvrant la voie à la multiplication des travailleurs pauvres, et supprime les contrats aidés, une politique baptisée de « plan d’aggravation de la pauvreté » par Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire des inégalités.

Et ce n’est pas fini. Le dédoublement des classes de CP/CE1 va dans le bon sens mais s’arrête en route en ne concernant qu’un quart des pauvres.

D’un côté, le gouvernement revalorise la prime d’activité, fait distribuer des petits déjeuners gratuitement et facilite le recours à une assurance complémentaire. De l’autre,  il taille dans l’aide personnalisée au logement (un milliard d’économies prévu sur le dos des moins favorisés en 2020), n’encourage pas la construction de logements sociaux (et n’assure pas plus que ceux qui y sont y ont bien droit). On nous annonce un revenu universel d’activité, mais pas avant 2023 et à budget constant donc en remplacement d’autres minima sociaux.

Le bilan est, malheureusement, clair. Pendant que la main gauche du gouvernement donne un peu aux pauvres, la main droite leur fait les poches et redistribue aux riches.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER