Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Comment la France sauve la zone euro

Publié le mardi 18 mars 2014 . 3 min. 35

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

La France a ses problèmes internes, on le sait. Mais pour la France, l'enfer c'est aussi les autres. Alexandre Mirlicourtois nous a montré dans une récente vidéo, à quel point notre économie était écartelée entre les déséquilibres du Sud et du Nord. D'un côté, la terrible dépression productive et salariale du Sud. De l'autre la machine à exporter Rhénane qui recycle les faibles coûts des PECO, et diffuse la déflation au sein du marché intérieur.
D'un côté donc, l'effondrement de la demande du sud, détruit le volume de nos débouchés. Il suffit de voir notre balance commerciale avec l'Espagne, l'Italie, la Grèce et le Portugal depuis le début de la crise : 15 milliards de dégradation. C'est à peu de chose près la dégradation de notre déficit total depuis 2008. De l'autre côté, au Nord, une stratégie implacable, qui continue à saper nos parts de marché ;

Face à cela, la passivité française n'est pas que coupable. Car l'on peut se demander à contrario ce que serait devenu l'Europe sans ce « dindon de la farce » en dernier recours qu'est la France depuis quelques années. Imaginons que la France ait cédé aux injonctions de consolidation budgétaire et de dévaluation salariale brutales, se ralliant à la stratégie du Sud. L'Europe déjà déflationniste aurait perdu un amortisseur salvateur entre les stratégies extrêmes du Sud et du Nord. Les pays du Sud qui se stabilisent tout juste aujourd'hui n'auraient toujours pas touché le fond. Leur équation budgétaire aurait été rendue encore plus difficile. Et il est très probable que les risques de crise sociale et politique menaceraient très fortement l'intégrité de l'euro. Imaginons à l'opposé qu'elle ait rejoint le Nord et lancé très tôt une offensive de dévaluation fiscale musclée. Les excédents commerciaux européens seraient certes encore plus élevés. Mais là encore, sa stratégie aurait était aggravante pour la périphérie et le coût de la crise de la dette souveraine aurait été fortement accru pour tous.
La France, nous l'avons dit mainte fois, avait des problèmes de compétitivité indéniables bien avant crise. Mais sa hâte à ne pas se presser est aussi le fruit d'une impossibilité. Et par ce jeu, en devenant une sorte de trait d'union entre deux Europe, elle a aussi contribué à sa manière à sauver la zone du risque de  dislocation.

Bémol néanmoins à cela.  Par sa solidarité passive, qui tient à l'ambivalence de son économie, ni du Nord, ni du Sud, ou les deux tout à la fois, elle retardé des remises en causes plus profondes des institutions européennes. Elle s'est surtout octroyé un rôle qui n'aurait pas dû être le sien. La Commission sermonne aujourd'hui la France pour ne pas respecter ses engagements budgétaires. Et c'est vrai que la cible des 3% pour 2015 paraît de plus en plus hors de portée. Mais elle devrait surtout, en tant que gardienne des déséquilibres excessifs s'inquiéter bien plus de la dynamique des salaires allemands. Alors que l'Allemagne semblait prendre le relai de la France dans sa mission impossible de stabilisatrice de l'économie européenne depuis 2011, la voici repartie dans ses démons. La modération salariale reprend le dessus. Et si cette orientation devait se confirmer, ce n'est pas  le déficit français qui irait dans le décor mais la zone euro toute entière.

Olivier Passet, Comment la France sauve la zone euro, une vidéo Xerfi Canal

Mots clés :

Europe / Zone euro

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER