Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La Russie peut-elle gagner la guerre du rouble ?

Publié le mercredi 8 juin 2022 . 5 min. 35

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La Russie serait-elle en train de remporter la guerre du Rouble ? C’est ce que suggère l’évolution de la devise russe qui après avoir décroché de plus de 50% le 7 mars par rapport à son point haut de février a fait plus que regagner le terrain perdu et le surplombe depuis la mi-mai de 19 % en moyenne.


Une offensive tous azimuts de la part des Occidentaux


C’est pourtant l’arme de destruction massive qu’ont tenté de jouer les Occidentaux pour saper le régime de Vladimir Poutine. Celle de l’effondrement de la devise dont on connait les conséquences en chaine. Renchérissement des produits importés, rationnement des importations et donc de l’offre qui exacerbent les pénuries, ce cocktail pouvant conduire à un effondrement de la croissance et une flambée inflationniste qui peut virer à l’hyperinflation. D’autres pays en ont fait les frais par le passé, à l’instar du Venezuela, notamment après le durcissement des sanctions économiques de 2016 à 2018.


A priori, les États-Unis et l’Europe ont mis le paquet pour saper la crédibilité du Rouble en agissant sur plusieurs leviers :


1. Premièrement en gelant les réserves en devises détenues en occident par la banque centrale russe, paralysant ses possibilités d’interventions sur le marché des changes.
2. Deuxièmement, en multipliant les obstacles aux échanges internationaux :
a. en déclenchant un embargo sur des importations stratégiques et en gelant les avoirs en devises étrangères des entreprises russes doublement entravées dans leur accès aux intrants nécessaire à leur production ;
b. en bloquant de façon ciblée certaines exportations russes, limitant les opportunités des entreprises de la fédération de se procurer des devises ;
c. par l’exclusion partielle des banques russes (celles les moins impliquées dans les transactions énergétiques) du système de communication interbancaire Swift, autre entrave radicale au règlement des opérations internationales et au remboursement des dettes.


In fine, cette offensive tous azimuts avait pour objectif ultime d’enclencher une spirale catastrophique, une vague de défauts, une panique des épargnants et une fuite massive de capital, emportant tout l’édifice financier.


Face à cette guerre monétaire, la Russie a mis en place des lignes de défense à la hauteur de la menace :


1. interdiction pour les Russes d’acheter des devises étrangères ;
2. plafonnement des possibilités de retrait par sa population de devises étrangères détenues auprès de banques russes ;
3. encouragement de la détention d’or, exonérée de TVA et fléchée comme valeur refuge. Avec pour objectif une revalorisation de l’or et donc des réserves métalliques de la Banque centrale russe ;
4. reprise des achats d’or par la banque centrale également pour renforcer ses positions ;
5. enfin et surtout, la banque centrale russe a porté dès la fin février son principal taux directeur à 20% pour soutenir le cours de sa devise.


Des béances dans le maillage des rétorsions


Mais en fin de compte, ce n’est pas cet arsenal de mesures défensives qui a remis en selle le Rouble. Mais bien les énormes béances dans le maillage des rétorsions occidentales. En excluant la Gazprombank des représailles, en continuant à s’approvisionner massivement en énergie russe au prix fort et en se pliant de fait à l’injonction russe de facturer en roubles le gaz importé, les Occidentaux ont créé une immense brèche dans laquelle la Russie s’est engouffrée. En effet, tout en maintenant un règlement de façade de leurs importations de gaz en euros, les Européens ont validé un habillage technique qui permet à la Gazprombank de convertir les euros facturés en rouble, soutenant la demande de la devise russe. Et permettant du même coup à la Banque centrale russe d’opérer une rapide décrue de ses taux directeurs, revenus à 11% à la fin mai.


Et de fait, les Occidentaux ont perdu leur guerre éclair sur le Rouble, comme la Russie a perdu la sienne sur le terrain militaire. Cela ne signifie pas qu’elle sorte indemne de l’offensive occidentale. Le scénario noir de l’hyperinflation et de l’effondrement rapide a été déjoué. Il n’en reste pas moins que l’inflation forte a été instillée dans l’économie même si elle demeure sous contrôle. Elle atteint en avril 18% et même 20% hors énergie et alimentaire, cassant la consommation. Le durcissement monétaire et les ruptures d’approvisionnement ou la baisse des exportations (y compris de gaz, en retrait de 28% en volume sur les 5 premiers mois de l’année par rapport à l’an dernier) portent un coup rude à l’activité. Le PIB devrait chuter en 2022 de 8 à 12% selon les estimations encore très incertaines, qu’elles soient russes ou occidentales. C’est suffisant pour saper durablement la confiance des investisseurs, assombrir les perspectives de développement, mais insuffisant pour faire s’écrouler un régime qui surjoue la posture de la résistance face à l’agression.


La guerre éclair s’est transformée en guerre de position. Elle va durer. Comme dure celle que subit l’Iran, ou si un protagoniste doit mourir à la fin, c’est d’une mort tellement lente, qu’elle finit par être rattrapée par la versatilité de l’histoire.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER