La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La relocalisation n'aura pas...
https://player.vimeo.com/video/426989843?autoplay=1 Olivier-Passet-La-relocalisation-n-aura-pas-lieu-(ou-tres-peu-)-306347107.jpg
15/06/202005:39

La thématique des relocalisations revient sur le devant de la scène. Ce n’est pas la première fois qu’un tel tournant est pressenti. Déjà en 2008, certains observateurs avaient pronostiqué le repli de la mondialisation comme prolongement naturel d’une crise majeure qui remettait en cause le primat de la finance sur la gouvernance des entreprises. Le tournant n’est pas venu de là. Mais 2008 marque bien une nette cassure dans la progression ininterrompue du ratio entre commerce mondial et production.


La crise repose la question des relocalisations


La prise de conscience que la perte de substance industrielle devenait un facteur de fragilisation commerciale et financière, la volonté de la Chine de maîtriser l’amont des chaînes de valeur, l’ascendant des modèles allemand et chinois face à la crise, la dilution de nos systèmes d’innovation, les fissurations de nos tissus sociaux sont autant d’éléments qui ont inscrit la thématique de la réindustrialisation et des relocalisations dans l’agenda politique. Une nouvelle étape a été franchie avec la résurgence du protectionnisme, Trump donnant le « la » d’un mercantilisme offensif, privilégiant les industries nationales au grand mépris des principes de l’OMC.


La crise sanitaire s’ajoute à ce tableau, surlignant les dangers d’une division internationale du travail guidée par le seul objectif de la minimisation des coûts à court terme. Elle a dévoilé la dépendance stratégique des pays avancés, dans les domaines sensibles de la santé (protections, principes actifs, matériels, etc.), mais aussi des puces électroniques, des terres rares, etc. Avec des ruptures d’approvisionnement encore tangibles. Elle a aussi, en aval, montré le sous-dimensionnement de nos circuits de e-commerce, face à la suprématie d’Amazon. A contrario, elle a révélé les possibilités de reconversion rapide de nos industries et services, sous la pression de la nécessité, lorsque l’État appuie financièrement le mouvement.
Cette prise de conscience confère une nouvelle acuité à l’enjeu des relocalisations. Et les montants considérables mobilisés pour remettre à flot l’industrie hexagonale (l’automobile, l’aéronautique notamment) posent inévitablement la question de la conditionnalité de ces aides. Comment justifier de telles enveloppes auprès du contribuable, si ces aides ne viennent pas appuyer l’emploi local ?


Sécurité des approvisionnements et critères écologiques renforcés


Ces éléments viennent ajouter une couche de plus à la réhabilitation de la géographie dans la conduite des politiques industrielles. Avec des conséquences palpables. Du moins en matière d’annonces.


- Avec Renault qui s’engage à stopper ses extensions à l’étranger et à développer la voiture électrique en France et en coopération avec ses concurrents européens.
- Avec Sanofi, qui relance son projet de créer une entité indépendante proposant un catalogue de 200 principes actifs basée sur le vieux continent (et regroupant des sites de production basés en France, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni).
- Avec la filière textile qui fait pression sur Bercy pour pérenniser la production de masques et de protections sur le territoire.
- Avec la filière électronique, qui cherche des parades locales pour renforcer la sécurité de ses approvisionnements.
- Sans parler du secteur du bâtiment, qui cherche à renforcer ses approvisionnements de proximité, etc.
Au plan microéconomique, 1) la question de la sécurité des approvisionnements a pris un nouveau relief et 2) le positionnement en local, à coût plus élevé, mais avec des critères écologiques renforcés, est de plus en plus légitimé par les entreprises, les consommateurs et les circuits de distribution.


Des relocalisations complexes à mettre en œuvre


Tout cela participe à la lente érosion de la mondialisation débridée. Il n’en reste pas moins que les fondamentaux de la délocalisation sont loin d’être affaiblis par la crise :


- la baisse du revenu des ménages, inhérente à la crise, continue à peser sur les arbitrages des consommateurs, en faveur du low cost ;
- la dégradation inédite de la rentabilité des entreprises tend à faire primer l’argument du coût dans les choix de sous-traitance, au détriment de la proximité et de la sécurité ;
- la primauté des fonds de gestion dans le capital des grandes entreprises n’a pas été fragilisée par la crise. Et leur abord des groupes mondialisés, comme portefeuille d’actifs remaniables, continue à prévaloir, avec son lot de cessions, de concentration, d’opérations transnationales qui ignorent les frontières.


L’impact macro-économique de la crise sera très différencié selon les régions. Et pour des groupes dont les choix de localisation répondent d’abord au critère de la dynamique des débouchés locaux, le repli sur les frontières hexagonales ou européennes ne peut être que très partiel.


Bref, la relocalisation demeure une contre-tendance de plus en plus significative, mais en lutte avec des fondamentaux puissants, qui ne jouent toujours pas en sa faveur.


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeIndustrieConsommationMondialisationRelocalisation

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier