Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le rebond - incontournable - du nucléaire dans le monde

Publié le mardi 5 octobre 2021 . 6 min. 07

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Les prospectives qui tentent de profiler ce que pourrait être le mix énergétique de la neutralité carbone vers 2050 multiplient les hypothèses héroïques à l’instar de l’AIE : stabilisation voir légère baisse de la production d’énergie dans un contexte de doublement du PIB. Autrement dit, des progrès faramineux en matière d’efficacité énergétique dont l’économie mondiale n’a toujours pas fait le début de la démonstration. Une électrification massive qui passe de 20% à 50% du mix, soit l’ajout chaque année de la consommation électrique d’un pays comme l’Inde. Et une « décarbonation » de l’électricité, soit un triplement de la capacité des énergies renouvelables d’ici 2030 et une multiplication par neuf d’ici 2050.


Le nucléaire n’est pas une option


Défaut de volontarisme, impossibilité technique, très peu d’experts croient en une telle montée en charge du renouvelable, dans des délais si courts. Il suffit de regarder la part du mix bas carbone aujourd’hui dans la consommation mondiale d’énergie, inférieure à 20% en y incluant le nucléaire, et sa dynamique pour comprendre qu’il est inconcevable d’aller vers 50% à horizon de 30 ans sans jouer sur tous les fronts. Et face à l’équation impossible, de plus en plus de voix s’élèvent pour souligner que sans l’option nucléaire, ces scénarios n’ont aucune chance d’aboutir. Or, l’AIE mise sur un maintien de la part du nucléaire dans le mix électrique. Cette hypothèse conservatrice suppose déjà un doublement des capacités installées par rapport à aujourd’hui. Mais l’on pressent bien que, par principe de réalité, ce segment pourrait progresser bien plus.


C’était jusqu’il y a peu une énergie qui gérait son déclin programmé. Le nucléaire stagne depuis près de 20 ans en niveau absolu au plan mondial. Le nombre de réacteurs installés gravite sus la barre des 450. Et dans une planète toujours plus énergivore, sa part recule dans le mix énergétique, que ce soit en pourcentage de l’énergie consommée ou comme source de production de l’électricité. Environ deux tiers des réacteurs nucléaires sont en service depuis plus de 30 ans. Si certains pourraient être prolongés de 60 voire 80 ans, doubler la capacité suppose la mise en œuvre dès à présent d’une explosion des chantiers : 1/pour remplacer les réacteurs vieillissants et 2/pour doubler a minima la capacité installée… Un énorme marché en perspective donc.


Le grand rebond du nucléaire, c’est maintenant


Cette inflexion se dessine déjà. Fin 2020, 442 réacteurs étaient en fonctionnement, en baisse par rapport à 2019, 6 ayant été retirés et 5 ayant été connectés. Mais 54 sont en construction. En proue de ce revirement nucléaire au vu des chantiers en cours, la Chine, l’Inde, la Russie, la Corée, la Turquie, les Émirats arabes unis, qui concentrent 33 des chantiers. Mais le changement de cap nucléaire est bien plus vaste. 147 chantiers sont en projet et 337 au stade de la proposition :


- En Asie et notamment en Chine où plus de 35 centrales sont au stade de la planification avancée. En Inde où 20 installations supplémentaires sont prévues. En Russie qui souhaite mettre en services deux nouvelles constructions par an.
- Aux États-Unis, la construction de 14 centrales a été autorisée dont deux sont en chantier.
- En Europe, le Royaume-Uni souhaite doubler la part du nucléaire sans son mix électrique. La Finlande envisage une nouvelle construction malgré les déboires de son EPR. À l’Est, la Pologne souhaite construire 6 centrales d’ici 2043. La Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Tchéquie, la Hongrie, la Lituanie montent aussi en charge.
- Au Proche-Orient, l’Arabie saoudite emboîte le pas aux Émirats arabes unis et prévoit 16 réacteurs dans les 25 prochaines années. Idem pour l’Iran, la Turquie., l’Égypte, la Jordanie.
- En Amérique latine, l’Argentine, le Mexique, le Brésil préparent l’extension de leur parc…
- Et même l’Afrique où seule l’Afrique du Sud possède deux réacteurs et souhaite les agrandir, plusieurs pays basculent : Soudan, Algérie, Maroc et Nigeria sont en train de développer des programmes nucléaires.


Bref, le grand rebond nucléaire, c’est maintenant. Un secteur où la France avait su bâtir un avantage technologique et d’échelle : leader mondial en termes de part du nucléaire dans son mix et second ou 3e producteur du monde, sur la base d’une filière qu’elle maîtrisait de A à Z et d’un savoir-faire qu’elle a exporté dans de nombreuses régions du monde et notamment en Chine.


Triste bilan cependant. À avoir trop crû en la dénucléarisation de l’énergie, la France se retrouve doublée de toutes parts. Chine, Russie, Corée sont les maîtres d’œuvre dominants des chantiers en cours. Au vu des projets qui s’annoncent, ce débordement va s’accentuer. Perte de savoir-faire, perte de contrôle (Alstom notamment), pertes financières abyssales d’Areva devenu Orano… La France est reléguée au rang de challenger du grand réveil atomique qui s’annonce.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER