Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Peut-on échapper à une prochaine crise financière ?

Publié le mercredi 10 novembre 2021 . 5 min. 02

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Une crise majeure est-elle en train de se tramer derrière l’étonnante insouciance financière qui règne en sortie de crise ? L’argent gratuit a sauvé les économies à court terme. Partout l’endettement des agents non financiers a fait un bond inégalé sur un laps de temps aussi réduit, participant au maintien à flot de l’activité et des revenus. Les marchés d’actions n’en restent pas moins orientés à la hausse, surplombant les pics d’avant crise, notamment aux États-Unis. Les fonds sous gestion sont en forte croissance, abreuvés par la liquidité émise durant la crise et les fortes perspectives de plus-value. Le capital investissement est en effervescence. La crise sanitaire semble s’être transformée en opportunité pour les détenteurs d’actifs.


2020, une crise très singulière


Nous avons tous tendance à aborder les crises en chaussant les lunettes de la crise précédente. Derrière la crise de 2007-2008, il y a eu une dérive de l’endettement des agents privés, une dette hypothécaire en l’occurrence, une diffusion sourde de ces produits toxiques dans les bilans des agents financiers via la titrisation. Et, in fine, une forte menace de défaillance en chaîne, partant de la faillite de Lehman Brothers. Avec en complication ultime, la menace de défaillance des États, plombés par la dette émise pour stabiliser les économies et renflouer le système financier.


En 2020 : tous les ingrédients du drame sont de retour en concentré :


- forte poussée de la dette privée ;
- explosion de la dette publique à des niveaux inégalés ;
- une titrisation toujours présente pour diffuser le poison de la défaillance en chaîne ;

- et une menace supplémentaire, celle d’un retour de l’inflation qui pourrait sonner le glas des taux zéro.


Alors pourquoi si peu d’émoi dans la sphère financière ? Précisément parce que la crise de 2020 n’a pas grand-chose à voir avec celle de 2007-2008. Nous ne sommes pas dans la séquence habituelle des crises de surendettement. À l’origine de la crise, il n’y a pas de syndrome de surendettement des ménages et des entreprises, auquel l’État remédie dans un second temps en jouant son rôle d’assureur en dernier ressort, sur un mode défensif, quand la brutale inversion du cycle de crédit produit des dégâts dans la sphère réelle. La crise de 2007-2008 est classique de ce point de vue. La longue phase de poussée de l’endettement privé, aux États-Unis comme en Europe, ouvre une seconde période douloureuse de récession et de poussée de l’endettement public, qui reprend de la sorte les dettes du privé, permettant l’assainissement des bilans.


Dans le climat actuel se rejoue la crise de 2000


Ce n’est pas ce qui s’est passé en 2020. Là, l’État a agi en prévention. Il s’est endetté massivement pour limiter la dégradation des bilans privés, sans pouvoir l’annuler totalement néanmoins. Il s’est ainsi épargné la longue phase de transformation d’une dette privée risquée en dette publique sans risque. Il n’a pas évité une montée marginale de la dette des entreprises, notamment. Mais c’est une dette garantie, à taux faible, « restructurable » aisément sur des échéances plus longues et adossée à un haut niveau de trésorerie dans beaucoup de cas. Quant au risque de diffusion du risque à travers la titrisation, il faut le relativiser :


- d’une part, en Europe, la titrisation, sous contrôle, a baissé d’échelle ; ce n’est certes pas le cas aux États-Unis ;
- d’autre part, les banques centrales, à travers leurs opérations de refinancement à long terme et d’achat d’actifs ont, de fait, cantonné la dette covid et évité qu’elle ne métastase dans l’ensemble du système financier.


Le scénario de risque, c’est en fait maintenant qu’il monte en puissance. Il est à rechercher dans l’emballement des marchés d’actifs. Les marchés parient sur le carburant de l’hyperliquidité et des faibles de taux ad vitam. Et dans ce climat se rejoue une autre crise, plus semblable à celle de 2000 :


- une euphorie sur les valeurs technologiques, sans repères pour en fixer les limites ;
- une survalorisation des opérations d’acquisition, basée sur les multiples et des goodwill stratosphériques ;
- un emballement du capital investissement, gagné par l’ivresse des sommets dans la Tech, avec des tickets toujours plus élevés, à l’instar de ce que l’on observe sur le marché français ;
- sans parler du marché immobilier porté par un alignement des astres exceptionnel (hausse de l’épargne des plus riches, taux faibles, télétravail, etc.).


Bref, il y a de la bulle d’actifs dans l’air qui attend son étincelle pour exploser. Le prix à payer pour dégriser une finance trop convaincue de son immunité.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER