Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Prévisions 2013-2014 L’Europe : une divergence sans solution

Publié le lundi 3 décembre 2012 . 3 min. 48

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

La zone euro s'est bâtie sur l'idée qu'en absence de risque de change et dans un contexte d'inflation maitrisée les capitaux iraient dans les régions à fort potentiel de croissance… la périphérie donc… A regarder le PIB par habitant force est de constater que ce processus est en déroute…. La périphérie décroche…et avec elle le credo européen. Mais la convergence c'est aujourd'hui autre chose en Europe. C'est le processus de rééquilibrage des balances des paiements à l'intérieur de la zone euro qui passe par des dévaluations salariales à défaut de pouvoir s'opérer par la dépréciation du change. C'est à la dérive des couts salariaux par unité produite (les coûts unitaires) que l'on attribue une large part du creusement des déficits des paiements en zone euro. Nouvelle doxa, la convergence consiste à refermer ces écarts. Alors oui, de ce point de vue, il y a bien convergence au moins partielle des couts. Les corrections sont significatives en Espagne, au Portugal, en Irlande, en Grèce … les résultats sont plus mitigés pour l'Italie… Et les résultats sont tangibles sur la balance des paiements. Ces pays se rapprochent tous de l'équilibre. Peut-on parler de convergence pour autant ? Le résultat est acquis aussi en partie grâce à l'affaissement de leur demande intérieure. Le poids de la demande intérieure de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal et de la Grèce dans la demande interne de la zone est passée de 33% en début de crise à moins de 30% aujourd'hui. Celle de l'Allemagne de 27% à 29,5%. Le redressement des balances doit beaucoup au décalage conjoncturel. Mais a contario, le décrochage des salaires et des prix immobiliers commence à attirer les investisseurs. L'investissement direct semble reprendre la direction de l'Espagne et du Portugal…il y a là un signal plus tangible de convergence réelle. Au total peut-on parler d'une véritable réduction de cette fameuse hétérogénéité qui menace l'intégrité de l'euro. La dévaluation salariale des petites économies met sérieusement à la peine les grandes économies de la zone euro et de l'UE …au premier rang desquelles la France, … mais aussi le Royaume-Uni. Le ralentissement de la productivité dans ces économies annihile les effets d'une modération salariale encore très relative. Résultat, Les grands pays, s'inscrivent toujours dans une dynamique de divergence de leurs balances courantes. L'écart de profitabilité des entreprises devient aussi un  facteur aggravant des disparités de compétitivité en Europe. Car cette différence des capacités de financement de l'investissement renforce les avantages «  hors coût » du Nord… Et pour les grandes économies, le nœud du problème est là. L'Allemagne a un potentiel de financement des secteurs innovants que d'autres n'ont pas. On le savait avant la crise, la dévaluation  salariale n'est pas un instrument efficace de résorption des déséquilibres. Elle ne fait qu'exporter les problèmes. Et une Europe qui diverge est une Europe ou les agents privés et publics accumulent de mauvaises créances. C'est une Europe où les dispositifs de sauvegarde mis en place par la banque centrale s'avèrent régulièrement sous-dimensionnés. C'est une Europe qui risque de rejouer encore en 2013 et en 2014 la scène de la réunion de la dernière chance.

Olivier Passet, L'Europe : une divergence sans solution, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER