Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Un soutien budgétaire européen devient impératif

Publié le lundi 1 septembre 2014 . 3 min. 21

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

 

A Jackson Hole, le 22 août dernier, Mario Draghi brise un tabou lorsqu’il affirme que la politique monétaire ne peut pas à elle seule contrecarrer la dépression européenne et qu’elle a besoin de l’appui des politiques budgétaires. Il bouscule ainsi le confortable compromis dans lequel s’étaient installées les autorités européennes. D’un côté, les Etats auraient pour mission de mener à bien les réformes structurelles et l’assainissement budgétaire nécessaire au rétablissement de leur offre. De l’autre, la BCE interviendrait sur le front de la demande, en impulsant le crédit aux entreprises comme antidote de l’impact récessif des politiques d’ajustement.

 

L’enjeu de la coordination européenne résiderait alors tout entier dans ce que l’on appelle le policy-mix, la politique budgétaire appuyant sur le frein, la politique monétaire sur l’accélérateur, pour un résultat neutre sur la croissance au final. Autrement dit, dans ce jeu de rôle, l’épineuse question de la coordination se résumerait à celle des instruments de politique économique.
La rechute de l’activité européenne douche maintenant les espoirs de ceux qui pensaient pouvoir faire l’impasse sur la coordination des politiques nationales et révèle les limites du partage des rôles entre les Etats d’un côté et la banque centrale de l’autre. La BCE bute en effet sur deux écueils.

 

Premièrement, le trou d’air de l’activité est bel et bien là et le quantative easing annoncé à grand renfort médiatique, en juin est encore dans les limbes. Le bilan de la BCE n’en porte toujours pas la trace et lorsque l’on connaît les délais qui séparent les impulsions et leurs résultats tangibles sur l’économie réelle, l’inflexion politique de la BCE est arrivée bien tardivement.

 

Deuxièmement, réanimer le crédit dans un contexte de retournement des anticipations de demande est mission quasi-impossible. La Banque du Japon s’y est essayée pendant des années sans succès par le passé. Or, tout porte à croire que la léthargie du crédit aux entreprises en Europe est dûe d’abord à la faiblesse des projets d’investissement et non l’inverse. Difficile de susciter dans ce contexte un changement de comportement des entreprises, quand les carnets de commande se dégarnissent.
Alors certes, la BCE a réussi à faire glisser la valeur de l’euro et à doper la valeur des actifs financiers, mais il en faudrait plus bien pour inverser le cours des choses et alors même que L’Allemagne, la France et l’Italie, soit  les deux tiers du PIB européen flirtent avec la récession, ou y sont déjà retombés.

 

Mario Draghi en a pris acte logiquement. Les politiques budgétaires de la zone euro prélèvent encore plus d’un demi-point de PIB par an pour parvenir à leurs objectifs de consolidation. La rigueur peut sembler dosée, toutes choses égales par ailleurs. Mais un demi-point lorsque la croissance est à zéro, constitue une ponction extrêmement déstabilisatrice. Et pour qu’une partie de l’Europe maintienne son effort de consolidation, il n’existe aucune autre issue qu’un relâchement de la discipline allemande. La balle est clairement dans le camp allemand maintenant.      

 

Olivier Passet, Un soutien budgétaire européen devient impératif, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER