Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Urgence climatique : l'ardente obligation d'une planification impérative

Publié le mercredi 20 octobre 2021 . 5 min. 59

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Face à l’urgence climatique, les pays les plus avancés peaufinent leurs agendas de décarbonation, comme si les objectifs étaient à portée de main et de technologie. Le compte à rebours est pourtant redoutable. L’économie mondiale a déjà franchi le seuil d’irréversibilité en matière de réchauffement. Idem pour le seuil de 1,5 à 2° de réchauffement : l’objectif de neutralité carbone pour 2050 (2060 pour la Chine) aurait dû être atteint en fait dès 2030. Ce qui veut dire que les cadres volontaristes que se fixent les économies leaders en matière de décarbonation (UE en tête) nous exposent d’emblée à des risques de montée des océans, de perturbation alimentaire, de migration dont on sait qu’ils se situeront dans une fourchette haute.


C’est bien une économie plus carbonée qu’aujourd’hui qui se profile


De surcroît, ces objectifs au rabais paraissent déjà hors de portée. Ils demandent une inflexion de tendance tellement violente en matière d’émission ici qu’on ne voit pas comment ils pourraient être atteints à un horizon de 10 ou 30 ans.


Il suffit de regarder la trajectoire programmée en France, pays parmi les plus vertueux de la planète, dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone de 2020 pour saisir qu’une telle inflexion ne se décrète pas sans mobilisation et consensus à tous les niveaux de la société. Réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre issues de la combustion d’énergie en 2028, par rapport à 1990, suppose une énorme accélération de l’effort. Sur le papier, la France annonce vouloir baisser de 35% sa consommation d’énergies fossiles par rapport à 2012 et de 20% dès 2023. Mais comment y croire ? 2023 nous y sommes presque. Et en matière de pétrole comme de gaz, nous sommes bloqués sur un palier depuis 10 ans.


Penchons-nous sur le reste du monde maintenant. Et l’on saisit à quel point la bifurcation nécessaire est totalement hors de portée au regard des tendances les plus récentes. Nous espérons que le Paquebot-monde opérera un virage serré, quand il continue plein gaz à foncer sur l’iceberg. Or, c’est bien une économie plus carbonée qu’aujourd’hui qui se profile en 2050. Nous faisons mine d’ignorer la dépendance des économies à leur sentier de croissance, aux habitus de consommation, l’inertie des organisations, des intérêts, la force des lobbies, l’asymétrie des rapports de force entre les grandes entreprises et les États.


Nous devrons tout accomplir de front


Les projections énergétiques de neutralité carbone de l’AIE à échelle mondiale, pourtant contestées pour leur minimalisme, nous donnent une idée de la mission impossible à accomplir. Baisser de 7% de consommation d’énergie à échelle mondiale, avec une population qui s’accroîtra de 2 milliards et un PIB qui doublera a minima. Ce qui signifie :


- multiplier par 4 notre efficacité énergétique ;
- multiplier par 2 la capacité électrique ;
- par 9 la capacité du renouvelable ;
- par 2 celle du nucléaire ;
- diminuer de 90% la production de charbon et de 75 % celle de pétrole ;
- augmenter de 4000% nos volumes de capture de CO2 ;
- et fin des moteurs atmosphériques dès 2035,
- etc.


Un véritable bouleversement, nécessitant des investissements dès à présent, le plus souvent sous-estimés. La France, elle, prétend augmenter de 50% sa capacité renouvelable d’ici 2023 et la doubler d’ici 2028 (par rapport à 2017). Les agendas sont là et nous disent une chose claire : nous n’avons pas le choix entre le plan A ou B. Nous devrons tout accomplir de front. Y compris du nucléaire, non pour atteindre nos objectifs, mais au moins s’en rapprocher.


Taxe et permis fonctionnent à la marge


Face à cela, l’arme fatale des économistes – la taxe carbone et des permis — comporte des dangers. Elle n’est pas dosée pour cette urgence. À l’échelle mondiale, seules 12 à 15% des émissions sont couvertes par ce type de dispositif et moins de 50% en Europe. Ces dispositifs fonctionnent certes. Mais à la marge, sur les sources les plus émettrices permettant de basculer du charbon sur le gaz. Pour aller au-delà, il faudrait un prix du carbone bien plus élevé qu’aujourd’hui de 250 euros/tonne de CO2 en 2030 et de 600 à 900 euros en 2050. Or, nous restons bloqués très en deçà. Le prix de 65 euros franchi en octobre sur les marchés européens affole déjà les milieux d’affaires. La taxe laisse supposer de surcroît que la transition se pilote par la demande. Et que le reste suivra, tout comme les plans de subvention à l’isolation thermique ou au véhicule électrique. Tous polarisés sur la demande.


Or, prendre le tournant climatique, c’est aussi investir les technologies vertes, c’est participer à l’effort d’innovation sans lequel rien ne se fera, c’est bâtir des filières bois, batterie, éolien, photovoltaïque, hydrogène sur le territoire, sans quoi la transition creusera des déficits et butera sur son insoutenabilité financière. Et c’est aussi se prémunir dès à présent, dans nos choix d’investissements, des perturbations irréversibles liées au réchauffement et notamment la montée des eaux.


Agir de front sur les prix, la demande, les structures productives, l’aménagement du territoire, dans un délai incroyablement court. Et mettre en mouvement tous les étages de la société. Difficile d’imaginer, disons-le, qu’un tel mouvement soit possible autrement que dans le cadre d’une planification impérative.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER