Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Faut-il enterrer la taxe carbone ?

Publié le jeudi 7 juillet 2022 . 4 min. 02

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Mon billet libéral du jour porte sur la meilleure manière de réussir la transition écologique. Pas sur les mesures à prendre. Pas sur le mix énergétique idéal. Pas sur le calendrier le plus adéquat. Ni encore sur l’urgence de décarboner notre économie.

Non, sur une question plus fondamentale ; elle se joue aujourd’hui en coulisse : qui du marché ou de l’Etat est le plus à même de mener cette révolution ?

Résumons trois actes, comme dans tout bon drame...

Acte 1: à l'origine, la transition écologique devait reposer sur le marché. Un consensus s’établissait : les choix technologiques, les nouveaux modes de vie devaient être du ressort des agents privés. Avec l’Etat, bien sûr. Mais l’Etat devait se contenter de fixer un cadre. Et d’abord de fixer un prix à la pollution via la taxe carbone.

Je parle à l’imparfait parce que, acte 2, la crise des Gilets jaunes est venue bousculer ce scénario. En France, la hausse de la fiscalité carbone est suspendue depuis 2018.

Explication de cet échec :
L’acceptation sociale d’un coût toujours plus élevé de l’énergie fossile a été sur-estimée. Erreur fatale, le gouvernement n’a pas redistribué aux ménages l’intégralité des recettes des nouvelles taxes. Soit sous forme de chèque pour compenser la perte de pouvoir d’achat. Soit sous forme de subventions à la décarbonation.

Acte 3: Le front s’installe. D’un côté, les économistes comme Jean Pisani-Ferry. Le chercheur à l’Institut Bruegel prend acte de la mort de la taxe carbone et réclame une transition par la norme, par la planification : l’Etat redevient chef d’orchestre. Il change par la loi les règles du jeu. Il planifie.

D’un autre côté, les économistes libéraux, comme Christian Gollier. Le directeur général de la Toulouse School of economics est remonté contre un enterrement trop précoce de cette taxe. Une incitation très efficace ; elle aligne tout le monde sur l’intérêt général…

C’est en quelque sorte le Plan contre la taxe.

Autant dire que les premiers ont pris le dessus. Au Parlement européen, les eurodéputés vont voter la taxe carbone aux frontières, applicable dès 2026. Mais elle ne se justifie que pour compenser le prix des émissions de CO2 supporté par les entreprises, les ménages n’étant pas taxés…

C’est une triple erreur, nous dit Christian Gollier.

Un : on cache à la population le vrai coût de la transition écologique. La taxe carbone est une façon d’expliciter ces sacrifices. Oui, elle sera douloureuse… C’est la vérité par le prix. A l’inverse, l’accroissement des normes, sur l’isolation thermique des maisons par exemple, a un coût caché…

Deux : les alternatives à la taxe, subventions et bonus-malus, sont opaques. Pire, elles sont autant, si ce n’est plus inégalitaires qu’une taxe. Les subventions versées dans les années 2010 pour l'installation de panneaux solaires ont été financées par une taxe sur l’électricité payée par tous, y compris les plus modestes.

Trois : Il faut des normes bien sûr. Mais elles doivent être calibrées en tenant compte du rapport sacrifices financiers/bénéfices écologiques. L'avantage de la taxe carbone universelle et sans exception, nous dit Christian Gollier, c’est d’avoir une jauge commune visant à donner une valeur à ce qui nous est cher: notre environnement.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER