Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La planification, même écologique : c'est inefficace et dangereux

Publié le mercredi 4 mai 2022 . 4 min. 14

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Mon billet libéral du jour porte sur le grand retour de la planification.

Au cours de la campagne, la planification écologique a été présentée, jusqu’à la droite, comme la bonne méthode pour lutter contre le réchauffement climatique.

Bien sûr, c’est pour sa charge sémantique que le mot a été réhabilité. Et c’est pour cette même raison qu’il doit être regardé avec circonspection.

Premier message : la planification écologique est nécessaire parce que le marché ne fonctionne pas. « Il faut sortir les biens communs des griffes du marché », proclame ainsi Jean-Luc Mélenchon. En ce sens, l’écologisme dirigiste est un anticapitalisme.
Que le capitalisme industriel ait épuisé la planète, comme si les ressources naturelles étaient gratuites, est une évidence. Mais le collectivisme soviétique à l’époque, ou le capitalisme autoritaire chinois aujourd’hui polluent tout autant, sinon davantage.

Quant à l’Etat planificateur, c’est lui qui dans les années 70 a poussé la France dans le tout diesel. Lui qui, à travers la programmation pluriannuelle de l’énergie, prévoyait il n’y a pas si longtemps de fermer une partie du parc nucléaire.
Et encore lui qui, face à l’hostilité sociale, s’est montré incapable de programmer une montée en puissance progressive, donc – oui ! – planifiée de la taxe carbone,
–solution pour donner un prix à la pollution
–solution pour inciter entreprises et ménages d’adapter leurs comportements. En toute liberté.
C’était la solution de marché.

Christian Gollier, économiste et directeur général de la Toulouse School of economics, le dit clairement : un petit père des peuples omnipotent et omniscient qui déciderait de tout, ce n’est pas efficace alors que l’incitation donnée par le prix du carbone permet d’aligner tous les intérêts individuels sur l’intérêt général.
Le libéral Friedrich Hayek jugeait la planification inefficace parce qu’une société dirigée, c’est une société limitée aux capacités cognitives de ceux qui la dirigent.

Second message : parler de planification, c’est ressusciter la mystique gaullienne, un volontarisme en majesté.
Ce volontarisme est pour partie justifié par l’incapacité du secteur privé à relever certains défis technologiques. Façon de réhabiliter le temps long, selon les mots d’Emmanuel Macron, le come-back du Haut Commissariat au plan jouait déjà de cette corde.

Favorable à ce que l’Etat se dote d’un outil de prospective, Geoffroy Roux de Bézieux, le patron des patrons, relativise les succès de la planification à la française. Dans les années 1960, le plan Calcul est un échec au moment-même où, aux Etats-Unis, les premières sociétés de capital-risque lancent la révolution informatique.
Dans son livre L’intendance suivra, le président du Medef note : « Un système d’innovation décentralisé et darwinien, qui combine excellence universitaire et enrichissement très rapide, qui accepte un taux d’échec très élevé est, pour créer des innovations de rupture, cent fois plus efficace que la planification centralisée. »

La preuve par l’ARN messager…

Le libéral Karl Popper jugeait la planification dangereuse : poussée jusqu’au bout de sa logique, elle conduit à une centralisation extrême du pouvoir, qui débouche sur une destruction de la liberté. Car le pouvoir central, sous prétexte de rationaliser l’usage des ressources, s’arroge le droit de priver les citoyens d’initiatives, de leur imposer par la force des formes déterminées de conduite.

La planification : inefficace et dangereuse.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER