Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le travail très qualifié devient une marchandise comme les autres

Publié le jeudi 4 novembre 2021 . 3 min. 30

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le capitalisme se caractérise par sa propension à transformer pratiquement tout en marchandise. Ainsi a-t-il ravalé l’amour ou la nostalgie au rang de marchandises émotionnelles. Non seulement les émotions seraient devenues des marchandises, mais pire encore les marchandises ne seraient plus que des émotions. Qu’en est-il du sacro-saint travail dont on sait toutes les inquiétudes qu’il a suscité quant à une possible aliénation de l’homme. Inquiétudes qui apparaissaient d’ailleurs comme relatives tant qu’elles concernaient essentiellement les ouvriers et les travailleurs manuels. Mails il semblerait que la mondialisation et la pandémie aient largement rebattus les cartes. Autrement dit il ça sent le roussi pour les cols blancs et les professions intermédiaires. Une certaine philosophie de la bienveillance, décidemment très en vogue, nous fait croire que nous serions tous des irremplaçables. Mais ce qui est peut-être vrai sur le plan de l’existence personnelle ne nous dit rien de l’irremplaçabilité possible des personnes dans le monde du travail. A quoi tient notre valeur au travail ? A notre savoir-faire, notre expérience, notre entregent relationnel, notre bagout, notre humour ? N’entend-on pas d’ailleurs nombres de recruteurs dire en filigrane que le principal critère d’embauche n’est plus nécessairement la compétence mais le fameux fit avec les valeurs et principes de l’entreprises. A l’heure de la généralisation des jobs à la con, les fameux bullshit jobs du regretté David Graeber, la notion de compétence risque de redevenir une ligne de démarcation importante. Un job à la con n’est pas simplement celui qu’on est incapable de définir en moins de 90 secondes, c’est un job dont l’officiant, en plus d’être inutile est facilement remplaçable. Cette remplaçabilité pourrait non seulement s’accentuer avec la généralisation du télétravail, mais surtout toucher des professions qui étaient jusque-là épargnées par la mondialisation. L’émergence des plateformes de travailleurs indépendants change la donne pour les cols blancs. Ce sont l’équivalent du bateau porte conteneur pour le transport des marchandises, dont on sait le rôle crucial qu’il a joué dans la mondialisation du trafic marchand. Qu’il s’agisse de tâches administratives, de télémédecine, ou encore d’enseignement, un certain nombre de fonctions, à défaut d’être irremplaçables vont devenir remplaçables. Les technologies digitales permettent à n’importe qui de concourir sur le marché du travail, la barrière de la langue étant largement résolue par les logiciels de traduction instantanée. Si bien que pour Richard Baldwin, auteur d’un livre sur le sujet, chaque personne disposant d’un niveau minimum d’éducation est susceptible de devenir un télémigrant ; il est donc vraisemblable qu’un certain nombre de tâches du secteur tertiaire seront délocalisées dans des pays à bas coûts salariaux, ce qui va induire une profonde transformation de la plupart des métiers. Plutôt que de poser la question de l’irremplaçabilité, le temps est peut-être venu de poser celles de l’utilité et de la compétence.
Référence

Richard Baldwin, The Globotics Upheaval : Globalization, Robotics and the Future of Work , Oxford University Press, 2019


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER