Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les technologies aussi vont devoir être régulées

Publié le lundi 31 janvier 2022 . 4 min. 36

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Jusqu’en 1964 on pensait que les conducteurs étaient responsables des accidents d’automobile. Puis Ralph Nader, un avocat activiste, est monté au créneau contre les constructeurs d’automobiles et a montré que la technologie avait aussi une part importante de responsabilité, car les normes de sécurité des voitures étaient très insuffisantes. Depuis, grâce à ses efforts et à bien d’autres qui ont suivi, il y a moins d’accidents et moins de morts sur les routes. L’analogie s’applique à toutes les technologies jusque et y compris aux réseaux sociaux et à leurs algorithmes, aux monnaies cryptées, à la biologie, au metaverse, aux neurosciences, à l’ordinateur quantique, à la reconnaissance faciale, etc.

Comme le souligne le dilemme de Collingridge : il est difficile de prédire les conséquences sociales d’une technologie, et lorsque ses effets, notamment négatifs, finissent par apparaître, il y a de grandes chances pour que la technologie en question soit devenue incontournable et qu’il paraisse être trop tard pour la réguler.

Pourtant, il est possible d’agir à tout moment et chacun doit se demander ce qu’il peut advenir d’une technologie. Les questions qui se posent sont d’ordre technique (comment comprendre les impacts directs d’une technologie ?), d’ordre sociologique voire anthropologique (comment comprendre les impacts indirects sur la société et l’homme ?), d’ordre économique (quand une filière s’établit-elle, quand d’autres sont-elles détruites ?), d’ordre politique (quand faut-il un lanceur d’alerte ?), d’ordre éthique (quand la ligne rouge est-elle franchie ?).

Les États, l’OCDE, l’UNESCO, la Commission européenne et des organisations professionnelles sont parmi les premiers à se poser les questions et à essayer de réguler les technologies qui se développent. On le voit en particulier avec les commissions d’éthique, les règles et normes créées pour la biologie, la protection des données personnelles, l’Intelligence Artificielle, les réseaux sociaux ou les cryptomonnaies. Ces régulations peuvent paraître limitatives, notamment aux chercheurs et aux start-up, mais on voit mal comment des États, en charge de la sécurité et de la vision à long terme pour les citoyens, pourraient faire autrement. Dans certains pays, comme la Chine, cela va beaucoup plus loin comme on le voit actuellement avec les nouvelles règles s’imposant aux géants du digital chinois.

Dans tous les cas, il faudra réguler… alors, en stratégie, mieux vaut mieux prévoir en une sorte de « prospective de gouvernance technologique ». Cela demande de la part des entreprises, aussi bien au niveau des instances opérationnelles que des instances de gouvernance et de surveillance, une vraie vision prospective. Celle-ci doit consister à envisager en quoi et comment une technologie pourrait avoir à être régulée, et si ces règles peuvent être nationales ou internationales, voire mondiales.

Dans le contexte socio-économique actuel cela impose de se poser quelques questions simples à formuler (mais complexe à résoudre) :
1. À partir de quand une technologie, du fait de son principe même (son effet technique, comme la manipulation génétique) ou du fait de sa diffusion dans la société (son effet de masse comme ce qui se passe avec les réseaux sociaux), sera-t-elle susceptible de présenter un danger RSE (social ou environnemental, voire politique) ?
2. En ce cas, une régulation pourrait-elle être une opportunité ou une menace pour la pérennité d’une entreprise ? Faut-il apprendre à mieux communiquer sur les risques de la technologie pour éviter que le régulateur ne fasse des choix néfastes à son développement ? Comment prévoir des clauses de revoyure pour modifier les règlements éventuels ? S’il faut faire du lobbying, jusqu’où peut-il aller sans mettre en danger à terme la réputation d’une entreprise ou d’une industrie ?
3. Une régulation risque-t-elle d’être différente selon les pays, cela sera-t-il un avantage compétitif ou un désavantage selon le pays principal d’où l’entreprise rayonne ou selon les marchés sur lesquels elle opère ?

Il faut prévoir dès aujourd’hui les réglementations à venir, qui seront initiées par suite des mouvements des Ralph Nader de demain, en particulier les ONG et les organismes activistes les plus dynamiques.

La prospective de la régulation technologique fait désormais partie de la réflexion prospective et de la réflexion stratégique.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER